Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > International > Madagascar-Grande Ile

Madagascar : Objectif 120.000 tonnes de sucre par an pour une nouvelle usine

Autosuffisance alimentaire

mardi 11 janvier 2022, par Manuel Marchal


Une nouvelle usine sucrière est prévue prochainement à Madagascar. Sa production doit se substituer à des importations.


Dans son édition d’hier, notre confrère « l’Express » annonce la mise sur pied cette année d’une nouvelle usine sucrière à Madagascar dans la région de l’Ileka Est. Sa production de 120.000 tonnes de sucre par an est destinée à limiter les importations de sucre.

« Une usine à Ilaka Est, cela relève du mirage. Pourtant c’est bien réel. Dans le cadre du projet « One district, One factory » et conformément à la politique du ministère de l’Industrialisation, du commerce et de la consommation relative aux zones pépinières industrielles, une usine sucrière verra le jour à Ampasantsiriry. Comme l’a souvent souligné le ministre Edgard Razafindravahy et martelé devant la presse par le président de la République vendredi, il faut produire sur place ce dont on a besoin afin de limiter les importations et ne pas subir la hausse des prix. Il faut également relever le pouvoir d’achat au lieu de lutter sans succès contre la hausse des prix. Voilà pourquoi l’État a décidé de construire cette usine sucrière ainsi qu’une autre à Morondava. Actuellement l’État importe annuellement 100 000 tonnes de sucre. »

L’objectif n’est donc pas d’exporter mais de satisfaire la demande intérieure. Sa production annuelle correspond à 20 % de plus que les importations de l’État. L’augmentation de la population et l’évolution des modes de consommation sont des facteurs qui contribuent à l’augmentation de la consommation de sucre. Madagascar cherche donc à être autosuffisant dans cette production pour ne pas à avoir à l’importer à un prix qui est fixé par d’autres.
Cette démarche d’autosuffisance alimentaire est rendue encore plus d’actualité avec la crise COVID et la spéculation qu’elle a entraîné dans le domaine du transport maritime, avec une forte hausse du coût du fret qui se répercute sur tous les produits importés.

M.M.



Voir en ligne : https://lexpress.mg/10/01/2022/prom...


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus