Maurice

500 hectares pour planter du riz à Maurice

Accord de location avec une entreprise de Singapour

Témoignages.re / 1er avril 2009

Une firme singapourienne, Vitagrain Pte Ltd, compte cultiver du riz hybride à Maurice, tant pour des besoins locaux que des pays de la région.

Un mémorandum de compréhension concernant l’allocation de 500 hectares de terre à Rose-Belle (Sud du pays) a été signé mercredi à Port-Louis entre l’établissement sucrier propriétaire des terrains et la partie singapourienne.
Vitagrain Pte Ltd cherche au moins un millier d’hectares de terre pour que son projet aboutisse. L’autre moitié viendra de petits propriétaires de terres de la région qui, selon le ministre de l’Agro-industrie, Satish Faugoo, seront habilités pour faire partie du projet.
« La baisse de 36% du prix du sucre sur le marché européen nous oblige à diversifier notre base agricole », a déclaré à la presse le ministre mauricien.
Selon lui, cette initiative constitue plus qu’une opportunité pour les petits planteurs, « car nous avons suffisamment de terres à Maurice où nous pouvons cultiver tant la canne que le riz ».
« Nous ne voulons pas d’émeutes à Maurice à cause de la faim, vu les prix des denrées alimentaires qui ont atteint d’énormes proportions », a-t-il déclaré.
A Maurice, le prix du blé a triplé depuis l’an 2000, alors que ceux du riz et du maïs ont doublé durant la même période.
M. Faugoo a affirmé que plusieurs raisons expliquent le choix de la partie singapourienne d’investir à Maurice : aucune restriction sur l’exportation du riz ou de semences de riz ; pluviosité et température adéquates ; fertilité du sol ; stabilité politique et économique, entre autres.
Pour Graeme Lance Robertson, PDG de Vitagrain Pte Ltd, Maurice se développera grâce à son projet.
« Maurice importe environ 150.000 tonnes de riz annuellement. Notre projet est une démarche rapide visant à se substituer à cette importation. Ce projet va changer la nature de l’économie et du développement agricole dans le pays, qui sera appelé également à soutenir d’autres Etats de la région sur le plan de la sécurité alimentaire », a-t-il indiqué.
D’autre part, M. Robertson a laissé entendre que le produit de sa société « sera très compétitif par rapport aux autres pays exportateurs de riz ».
La production au niveau local devrait, selon lui, atteindre les douze tonnes à l’hectare par an contre huit tonnes en Chine.


120 chauffe-eau solaires offerts par un industriel mauricien

L’établissement sucrier de Mon Trésor Mon Désert (MTMD), dans le Sud de l’île, a fait installer gratuitement, en cette fin de semaine, 120 chauffe-eau solaires pour un coût de 2,6 millions de roupies (environ 82.000 dollars) chez 120 de ses employés, dans le cadre de la célébration de la Semaine du Développement durable dans l’île.
Cette initiative, selon Jacques d’Unienville, chief Executive Officer, vise à contribuer à la promotion de l’utilisation rationnelle et citoyenne de l’énergie au sein des foyers mauriciens.
« Nous croyons fermement dans une philosophie intégrée et un modèle de développement où l’activité économique et le social cohabitent harmonieusement dans un environnement équilibré et sain », a-t-il ajouté.