Maurice

Fraude électorale : Les résultats du 40ème bureau inversés

Saint-Louis : Incroyable fraude électorale, comme au bon vieux temps

Témoignages.re / 17 juin 2004

On croyait que ces choses-là appartenaient au passé, et que l’on n’aurait plus à les dénoncer. Dimanche dernier, comme pour nous montrer que les bonnes vieilles méthodes des fraudeurs pouvaient encore servir, les résultats du 40ème bureau de vote de la commune de Saint-Louis ont été faussés par une inversion des voix des candidats de l’Alliance et de l’UDF.

Les Saint-Louisiens qui ont assisté dimanche soir au dépouillement dans le 40ème bureau de vote, à l’école Saint-Exupéry du quartier de Gol-Les-Hauts, ont enregistré sans surprise la large victoire de la liste de l’Alliance, qui a obtenu 163 voix face à celle de l’UMP, qui avait 51 voix, et celle de l’UDF, qui en obtenait 39.
C’est un bureau où les forces de progrès obtiennent constamment d’importantes majorités. C’est pourquoi, présents au bureau centralisateur, Claude Hoarau et ses camarades ont été surpris de lire sur le procès-verbal :

- liste Vergès (Alliance) 39 voix,

- liste Maran (UDF) 163 voix.
Ils ne pouvaient - en l’absence d’éléments de contestation - interpeller le maire sur cette anomalie. Il convenait en effet de vérifier auprès des militants de la liste Vergès - présents au dépouillement dans ce bureau - ce qui apparaissait, à l’évidence, comme une fraude.
C’est ce qui fut fait lundi et mardi. Et la vérité est aujourd’hui incontestable : le président du 40ème bureau, qui n’était autre que Jean-Louis Viadère, adjoint à l’environnement et candidat battu aux dernières cantonales à La Rivière, a purement et simplement accordé au candidat UDF les 163 voix de... Paul Vergès, et à ce dernier les 39 voix du candidat qui avait la préférence de l’équipe municipale.

Des précédents en mars

Quand on voit ce que l’adjoint au maire de Saint-Louis chargé de l’environnement est capable de faire dans une élection qui n’allait pas se jouer à 100 voix près, on mesure combien étaient fondées les craintes des partisans de Yvon Bello, en mars dernier.
En effet, quand ces derniers furent sûrs et certains que leur candidat était élu, ils s’étonnèrent du refus - de la part du président bureau centralisateur de La Rivière - de proclamer les résultats. Or, Jean-Louis Viadère et ses amis s’étaient enfermés dans ce bureau. Il avait fallu l’arrivée de Claude Hoarau et d’un groupe de militants de Saint-Louis pour que le Président - ne pouvant refuser l’accès au bureau au représentant de l’Alliance et se sentant conforté - décide enfin de proclamer les résultats.
C’est pour cette raison que des incidents ont ensuite éclaté, à l’arrivée du maire lui même, qui ne voulait pas accepter l’issue de ce scrutin.
Le 28 mars dernier, la même manœuvre avait été utilisée dans le 23ème bureau (Bellevue la Cour), où les résultats de Paul Vergès et de Alain Bénard avaient été inversés. Les militants de l’Alliance avaient mis cela sur le compte d’une erreur. D’autant que cette inversion ne pouvait en aucune manière changer le résultat de toute La Réunion et la répartition des sièges au Conseil régional.
Dimanche soir, Claude Hoarau en a d’ailleurs parlé au maire, Cyrille Hamilcaro, qui lui a répondu : "Ah ! mais à Bellevue, vous avez gagné dans la cantonale, mais Vergès, lui a perdu". Cette réflexion montre qu’il assumait entièrement ce qui devenait alors une fraude.
Ainsi, la démonstration est faite, que ceux qui sont à la direction de la mairie de Saint-Louis aujourd’hui sont les dignes héritiers des fraudeurs de la “belle époque” et les démocrates qui se battent à Saint-Louis savent qu’ils ne doivent accorder aucune confiance à ces élus-là.

Correspondant