Maurice

L’Afrique est un marché important pour Maurice

Selon la présidente Gurib-Fakim

Témoignages.re / 27 décembre 2017

L’Afrique est un marché important pour les Mauriciens, et ce pays devrait agir comme un interface entre les continents africain et asiatique, a estimé la présidente mauricienne, Mme Ameenah Gurib-Fakim, dans le traditionnel message de Noël adressé lundi soir à ses compatriotes.

JPEG - 83.1 ko

Mme Gurib-Fakim a indiqué que Maurice devrait poursuivre ses efforts pour trouver de nouveaux marchés et, selon elle, l’Afrique est un marché important avec presque 1.2 milliard d’habitants. « L’Afrique aura besoin, dans les années à venir, des compétences telles que des ingénieurs, des chercheurs, des informaticiens et c’est la raison pour laquelle, nous devons préparer nos jeunes talents afin de permettre à Maurice d’être un interface entre les continents africain et asiatique », a-t-elle souligné.

La présidente a dit sa confiance dans la jeunesse mauricienne et dans sa capacité à aider à transformer l’Île Maurice. « Pour cela, il nous faut travailler, continuer à faire des efforts et être discipliné afin de pouvoir développer une culture de mérite, de productivité, de qualité et d’excellence », a-t-elle estimé, affirmant sa conviction que les Mauriciens ont les capacités et les ressources nécessaires de relever ensemble ce nouveau défi. « Nous devons continuer à consolider les secteurs économiques traditionnels et accélérer la diversification économique dans de nouveaux secteurs. Parmi ceux-ci, le gouvernement a identifié l’économie de la connaissance axée sur les services, l’énergie verte, l’économie océanique, la science et tant d’autres », a indiqué la présidente.

Selon Mme Gurib-Fakim, si l’économie reste la clé du développement d’un pays, on ne doit pas négliger les valeurs que sont la solidarité, la discipline, le travail et le partage. Selon elle, il ne s’agit pas seulement de créer des emplois, mais également de s’assurer « qu’il y ait la santé et la sécurité au travail et aussi payer des salaires raisonnables et équitables entre les hommes et les femmes ».

Au chapitre de l’environnement, Mme Gurib-Fakim a appelé à « veiller à ce que nos activités économiques ne dégradent davantage notre l’environnement en encourageant l’énergie propre et en recyclant nos déchets ».