Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > International > Mayotte

Mayotte : shimaoré et kibushi mieux connus que le français

Selon une étude de l’INSEE

samedi 2 juillet 2022


« Le shimaoré et le kibushi sont les deux langues majoritairement parlées par les habitants de Mayotte. Moins répandu sur l’île, le français est surtout parlé par les jeunes, les personnes diplômées et les Français nés en dehors de Mayotte » : c’est ce qu’indique l’INSEE dans une étude publiée hier dont voici des extraits.


À Mayotte, deux langues locales sont maîtrisées et utilisées au quotidien par une partie importante de la population, le shimaoré et le kibushi. Parmi les habitants de l’île âgés de 15 ans ou plus, 75 % déclarent ainsi maîtriser le shimaoré et 18 % le kibushi. Au total, 81 % des habitants de Mayotte déclarent maîtriser au moins l’une de ces deux langues. Cette part s’élève à 94 % parmi les natifs de l’île.

Le français, une langue moins répandue que le shimaoré à Mayotte

Seuls 55 % des habitants de Mayotte déclarent maîtriser le français. Si cette part s’élève à 75 % parmi les natifs de l’île et à 89 % parmi les habitants nés en France hors Mayotte, ce n’est le cas que de 36 % des habitants nés à l’étranger.

Outre le lieu de naissance, l’âge et le niveau de diplôme sont déterminants dans la maîtrise du français. Ainsi, quel que soit leur lieu de naissance, les plus jeunes sont plus nombreux à déclarer maîtriser le français : 82 % des habitants de Mayotte âgés de 15 à 24 ans parlent français contre 29 % de ceux âgés de 60 ans ou plus. Cela peut s’expliquer en partie par la scolarisation rendue obligatoire seulement en 1988 à Mayotte. Un écart existe aussi dans la maîtrise du français entre les diplômés et les non-diplômés : neuf habitants de Mayotte sur dix ayant un diplôme, même de niveau modeste, déclarent maîtriser le français, contre seulement quatre non-diplômés sur dix.

Une part de lecteurs plus importante à Mayotte qu’à La Réunion

À Mayotte, 54 % des habitants déclarent lire des livres. Cette part est moindre qu’en France métropolitaine (70 %), mais plus élevée qu’à La Réunion (42 %), alors que l’illettrisme en langue française est plus répandu à Mayotte qu’à La Réunion.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus