Monde

15 Casques bleus tués en RDC : « crime de guerre » pour le secrétaire général de l’ONU

Au moins 20 morts dans une attaque contre une base des Nations-Unies en République démocratique du Congo

Témoignages.re / 9 décembre 2017

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres et le Conseil de sécurité ont condamné vendredi l’attaque meurtrière perpétrée jeudi contre une base de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) au Nord-Kivu, précise un communiqué de l’ONU.

JPEG - 118.4 ko
Carte de l’emplacement des bases de Casques bleus en RDC, avec les nationalités des contingents.

Jeudi soir, des groupes armés présumés ADF ont pris d’assaut une base opérationnelle de la MONUSCO située à Semuliki, dans le territoire de Beni. Des combats prolongés ont opposé les éléments présumés ADF et les forces de l’ONU et des FARDC.

Selon la MONUSCO, au moins 15 Casque bleus du contingent tanzanien et cinq membres des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont été tués dans cette attaque. Au moins 53 autres soldats de la paix ont été blessés, dont quatre grièvement.

Le Commandant de la Force de la MONUSCO est sur place pour évaluer la situation en matière de sécurité dans la région et coordonner la réponse de la mission onusienne avec les FARDC.

« Je tiens à exprimer mon indignation et ma profonde peine (suite à) l’attaque de la nuit dernière contre les forces de maintien de la paix des Nations Unies en République démocratique du Congo », a déclaré vendredi matin M. Guterres lors de l’ouverture d’une conférence de donateurs au Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) à New York.

Plus tôt dans la journée, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, s’est déclaré choqué par « l’attaque odieuse » perpétrée contre la MONUSCO au Nord-Kivu. « Des renforts sont sur place et des évacuations médicales par la Mission sont en cours », a précisé vendredi matin M. Lacroix sur son compte Twitter.

Le Chef de la MONUSCO. Maman Sidikou, a également condamné avec la plus grande fermeté l’attaque meurtrière contre les soldats de la paix de sa mission au Nord-Kivu. « Les attaques contre ceux qui travaillent au service de la paix et de la stabilité en République démocratique du Congo sont lâches et constituent des violations graves », a déclaré M. Sidikou dans un communiqué publié vendredi.

L’attaque contre la MONUSCO au Nord-Kivu constitue « la pire attaque contre les forces de maintien de la paix de l’ONU dans l’histoire récente de l’Organisation », a tenu à préciser le Secrétaire général.

« Ces attaques délibérées contre les Casques bleus de l’ONU sont inacceptables et constituent un crime de guerre », a martelé le Secrétaire général qui a appelé les autorités de la RDC à enquêter sur cette attaque et à traduire rapidement leurs auteurs en justice.