Monde

18,4 % du budget du Kerala pour les droits des femmes

Quand des communistes sont au pouvoir en Inde

Témoignages.re / 8 février 2020

Période de budget au Kerala où le gouvernement de Pinarayi Vijayan du Left Démocratic Front, dirigé par le Parti Communiste d’inde (Marxiste), présente son exercice pour la période 2020-2021. La principale information à retenir est que 18,4% des dépenses du gouvernement se feront pour les femmes - article et traduction Nico Maury

JPEG - 76.1 ko
Dasdaran, représentant du Parti communiste indien.

La ministre de la Santé, KK Shailaja, membre du CPI(M), a déclaré que les sommes allouées à divers régimes de protection sociale des femmes vont fortement augmenter et le ministre des finances, Thomas Isaac (du CPI(M) lui aussi, annonce que le gouvernement du Left Democratic Front allait engager 18,4% de ses dépenses dans plusieurs programmes en direction des femmes.

Dans le budget pour l’année 2020-21, les dépenses en faveur des femmes vont augmenter de 7,3% pour atteindre le record de 38,09 milliards de roupies (485 millions d’euros). Ce montant représente 18,4% des dépenses totales du gouvernement, une augmentation sensible par rapport aux budgets précédents.

Les dépenses seront orientées en majorité vers les unités "Kudumbashree", mission d’état pour l’éradication de la pauvreté des femmes (15,5 milliards de roupies). Ces missions visent à mettre en œuvre divers programmes pour le bien-être des femmes, à leur permettre un accès à l’emploi, au crédit et à la protection sociale.

Les dépenses seront aussi orientées vers le programme "She Lodges" (création de résidences, avec nourriture, accès aux soins, à des tarifs modérés pour les étudiantes et les femmes devant se déplacer pour diverses raisons). Le but de ce programme est de permettre d’avoir plus de liberté et de sécurité pour que les femmes puissent voyager. Et vers la construction de sanitaires publiques pour les femmes dans tout l’état.

Dans les grandes lignes, le budget 2020-2021 du Kerala reste fidèle à ses promesses sociales.

Voir en ligne : https://www.editoweb.eu/nicolas_mau...