Monde

8 ministres de la Catalogne jetés en prison

Répression à la suite de la déclaration d’indépendance pour une République

Témoignages.re / 4 novembre 2017

La répression continue de s’abattre en Catalogne. Après les charges de policiers contre les électeurs venus participer au référendum d’autodétermination, c’est au tour des dirigeants du pays d’être la cible de Madrid à la suite de la déclaration d’indépendance de la République de Catalogne.

JPEG - 113 ko

Huit membres du gouvernement catalan considéré comme destitué par Madrid ont été arrêtés et mis en prison jeudi. Ces responsables politiques sont inculpés par la justice espagnole de sédition et de rébellion. Pour sa part, le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, s’est réfugié en Belgique pour échapper à la prison qui l’attendait à coup sûr. Il est menacé d’extradition.

Carles Puigdemont a exprimé jeudi son indignation sur une télévision régionale catalane. « Je demande la libération des ministres et du vice-président, j’exige le respect de toutes les institutions catalanes et la fin de la répression politique », a-t-il dit.

Le matin du 2 novembre, il a refusé de quitter la Belgique pour se rendre à sa convocation exigée par la justice. Les autorités espagnoles menacent de lancer un mandat d’arrêt européen contre lui.

Le point de vue du président de la Catalogne est largement représenté dans la population. Nombreux sont ceux qui dénoncent le retour aux méthodes du franquisme. C’est en effet à la suite du coup d’État de Franco et de la guerre d’Espagne que la Catalogne a perdu l’autonomie qu’elle avait obtenue à la suite de l’abolition de la monarchie, et de la création de la République espagnole.