Monde

A Kaboul : dernier vol pour Paris !

Ary Yée Chong Tchi Kan / 15 juillet 2021

Le 12 juillet, nous avons titré sur « L’insignifiance des dirigeants américains ». Voici, la preuve par 2.

JPEG - 61.8 ko
Vue d’une partie de l’aéroport de Kaboul. (photo Carl Montgomery, CC BY 2.0 <https://creativecommons.org/license...> , via Wikimedia Commons)

1- Biden déclare le 8 juillet 2021 : « nous ne sommes pas allés en Afghanistan pour reconstruire un pays ». Or, il a été le premier dirigeant américain élu à fouler le sol afghan après les bombardements et la chute des Talibans. A cet instant, il admirait l’œuvre qui était à la hauteur de la puissante armée US et de la coalition invincible. Vingt ans plus tard, il est obligé de mentir pour cacher l’échec de son pays et justifier la fuite en catimini, de nuit, comme un vulgaire voleur pris en flagrant délit. Lui et ses amis ont été incapables de faire émerger un nouveau modèle de société, différent du régime de barbarie qui existait.

2- La France informe tous les Français encore présents en Afghanistan de prendre l’avion spécial du samedi 17 juillet. Elle précise qu’il n’y aura pas d’autres initiatives. C’est écrit dans une note de l’ambassade de France, datée de mardi 13 juillet. C’est la débandade devant « l’évolution de la situation sécuritaire et compte tenu des perspectives à court terme ». D’autres pays en ont de même.

Pour bien mesurer le degré d’insignifiance du président américain, il faut se référer à la note de l’ambassadeur de France : « les talibans pillent, incendient, détruisent des bâtiments et les réseaux d’énergie et de communication. Ils se détendent et tuent sans discriminations… ». Pendant ce temps, les insurgés annoncent avoir libéré 85 % du territoire.

Après avoir fait miroiter aux populations afghanes une société ouverte et démocratique, ils les abandonnent totalement aux mains de l’ancien pouvoir, sans possibilité de fuir. Les États Unis sont le plus insignifiant de l’équipe de lâches. La France, elle, joue le film du dernier vol pour Paris, en dénonçant les criminels. Quel cynisme ! Quelle honte !

Ary Yée Chong Tchi Kan