Monde

Afrique du Sud : retrait d’un livre sur Jacob Zuma

Décision de l’Agence de sécurité de l’État d’Afrique du Sud

Témoignages.re / 6 novembre 2017

L’Agence de sécurité de l’Etat (SSA) a ordonné ce vendredi à son éditeur, le retrait d’un livre sur le président Jacob Zuma.

JPEG - 11.6 ko

Le livre du journaliste d’investigation, Jacques Pauw « The President’s Keepers » (Les gardiens du Président) risque d’étaler au grand jour les dessous de l’administration Zuma empêtrée dans des scandales de corruption à répétition.

20.000 exemplaires de ce livre ont déjà été vendus depuis sa parution en début de semaine et NB Publishers a commandé de nouvelles impressions. L’ouvrage identifie des acteurs locaux du commerce du tabac, des responsables de la police et des services secrets qui sont accusés de travailler ensemble.

Le SSA a estimé que l’auteur et la maison d’édition qui a publié le livre violent la loi sur les services secrets. L’éditeur a confirmé avoir reçu une lettre du SSA demandant le retrait du livre et la suppression de certains de ses passages. Le SSA a menacé de saisir la justice pour faire « interdire la distribution, l’impression, la publication ou la promotion de ce livre », si la maison d’édition refusait de le retirer de la vente et « d’engager des poursuites au pénal ». NB Publishers a annoncé soutenir M. Pauw et le livre, et se dit prêt à se défendre contre toute action en justice.

Jacob Zuma a parlé de ce livre mercredi devant le Parlement en déclarant : « Je n’ai reçu aucun paiement d’individus ou de sociétés durant mon mandat en tant que président, autre que celui que j’ai déclaré ou signalé aux autorités compétentes ».

Il a également minimisé le ressentiment croissant du public à son égard en déclarant : « il y a de nombreux articles qui paraissent quotidiennement sur moi, ainsi que des personnes qui parlent à la télévision et á la radio. Mon sentiment est que ces allégations sont faites parce que je dirige le plus grand parti du pays qui est au gouvernement et qu’ils tentent de trouver un moyen pour affaiblir le Président ».