Monde

Améliorer la qualité des sols pour lutter contre la faim et le changement climatique

Développement durable

Témoignages.re / 23 août 2018

Des sols sains sont essentiels pour atteindre « Zéro faim » et d’autres Objectifs de développement durable (ODD) - la paix et la prospérité, a déclaré le 12 août dernier le Directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), José Graziano da Silva, devant plus de 2.000 scientifiques réunis à Rio de Janeiro autour du thème « Science des sols : au-delà des aliments et des combustibles ».

JPEG - 57.3 ko

Pendant une semaine, ces derniers ont planché sur le rôle de plus en plus complexe et diversifié des sols, en prise avec des pratiques agricoles résilientes pour faire face aux changements environnementaux et climatiques et confronter les menaces à la sécurité alimentaire et à la souveraineté, indique un communiqué de l’ONU.
« La dégradation des sols affecte la production alimentaire, provoquant la faim et la malnutrition, amplifiant la volatilité des prix alimentaires, forçant les millions de personnes à abandonner et à migrer involontairement vers la pauvreté », a alerté José Graziano da Silva dans un message vidéo, notant qu’environ un tiers du sol terrestre est dégradé
Le rapport de la FAO sur « la situation des ressources en sols dans le monde » avait identifié 10 menaces majeures pour les fonctions des sols, notamment l’érosion des sols, le déséquilibre des nutriments, l’acidification et la contamination.
M. Graziano da Silva a souligné l’importance de la gestion durable des sols en tant que « partie essentielle de l’équation de la faim zéro » dans un monde où plus de 815 millions de personnes souffrent de la faim et de la malnutrition.
« Bien que les sols soient cachés et souvent oubliés, nous comptons sur eux pour nos activités quotidiennes et pour l’avenir de la planète », a déclaré le patron de la FAO, soulignant le rôle de soutien important qu’ils jouent dans l’atténuation ou l’adaptation au changement climatique.
M. Graziano da Silva a spécifiquement souligné le potentiel des sols pour la séquestration et le stockage du carbone - documenté dans la carte mondiale du carbone organique des sols de la FAO.
« Le maintien et l’augmentation des stocks de carbone dans le sol devraient devenir une priorité », a-t-il affirmé.
Il a également noté que les sols agissaient comme des filtres pour les contaminants, empêchant leur entrée dans la chaîne alimentaire et atteignent des plans d’eau tels que rivières, lacs et océans, signalant que ce potentiel devient limité lorsque la contamination dépasse la capacité des sols à lutter contre la pollution.
Dans son message, M. Graziano da Silva a noté le Partenariat mondial sur les sols dans lequel la FAO travaille avec les gouvernements et d’autres partenaires pour renforcer les capacités techniques et échanger des connaissances sur la gestion durable des sols.
« Faisons des sols un vecteur de prospérité et de paix et montrons la contribution des sols pour atteindre les Objectifs de développement durable », a conclu le Directeur général de la FAO.