Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > International > Monde

Après la rencontre Biden-Xi Jinping

Entretien entre les présidents des États-Unis et de la Chine

jeudi 18 novembre 2021, par Ary Yée Chong Tchi Kan


Nous avions écrit la veille du sommet du 16 novembre « le contexte est donc favorable pour des résultats responsables ».


Ce fut un tête-à-tête de 3 heures et demi, commencé à minuit (GMT). Cette longue discussion dégage le sentiment d’un nouveau départ entre les 2 grands. Il fallait bien ce temps pour examiner les affaires bilatérales et d’intérêts communs, chacun avec ses mots du moment.

En tout cas, la tenue de ce sommet politique était une surprise, intervenant juste après l’entente initiée à Glasgow, sous le titre « déclaration conjointe sur le renforcement de l’action climatique ». Ce format G2 est plus conforme à la réalité géopolitique et fait peser sur leurs épaules de lourdes responsabilités vis-à-vis de l’avenir. Désormais, ils ont acté la volonté d’un travail en commun.

Du reste, chacun a pu mesurer les limites des tensions en cours mais à aucun moment il est apparu un climat de surenchère. La puissance chinoise s’inscrit dans une histoire longue de 5 000 ans, en dehors de la période d’occupation étrangère. Cette clarification est importante pour la paix mondiale car elle place les États-Unis dans une position inconfortable du belligérant permanent.

On retiendra que la Russie en a profité pour rappeler qu’elle était aussi une puissance qui compte. Difficile de croire que la date choisie pour la destruction d’un satellite par un tir de missile était un hasard de calendrier. Les États-Unis ont donné à l’événement un sentiment d’escalade et d’irresponsabilité que le gouvernement russe a vite corrigé en rappelant que les États-Unis en ont fait plus mais que personne n’en a parlé. Rappelons que Biden et Poutine se sont déjà rencontrés à Genève.

La question est de savoir maintenant si Biden va continuer à tenir son sommet virtuel sur la démocratie et le monde libre, le 9 décembre, qui repose sur une analyse agressive de la Chine prônée par ses adversaires républicains. Ces derniers rejettent la politique d’ouverture de Nixon, initiée en 1972, par une visite en Chine. Mike Pompéo, ancien directeur de la CIA déclare, officiellement, le 23 juillet 2020, que « La garantie de nos libertés face au parti communiste chinois est la mission de notre temps ». Mais aussi celle-là : La vérité, c’est que nos politiques – et celles d’autres nations libres – ont ressuscité l’économie chinoise défaillante, et Beijing n’a fait que mordre les mains internationales qui la nourrissaient ».

Ary Yee Chong Tchi Kan

référence (French. news) : « Xi Jinping et Joe Biden s’engagent à remettre les relations Chine-États-Unis sur la bonne voie. »



Voir en ligne : http://french.news.cn/2021-11/16/c_...


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus