La Communauté européenne visait à lutter contre la guerre en Europe : les idéaux des fondateurs une nouvelle fois trahis

1,5 milliard du budget de l’UE pour faciliter les achats d’armes : l’Union européenne confirme son rôle de soutien de l’OTAN

7 mars, par Manuel Marchal

Pendant que l’Union européenne se permet de donner des leçons de démocratie à des pays qui organisent des élections, ses dirigeants continuent de transformer l’UE en un supplétif de l’OTAN. Ils trahissent ouvertement la raison d’être de la Communauté européenne : être un rempart contre le retour de la guerre entre Etats européens.
Les dirigeants de l’UE ont décidé de s’aligner sur la stratégie visant à étendre l’OTAN sur le territoire de l’ancienne URSS, alors que l’engagement de l’OTAN pour permettre l’annexion de la RDA par la RFA en 1990 était justement de ne pas s’étendre au-delà de l’ancienne frontière inter-allemande.
Cette stratégie belliqueuse a favorisé l’implication de la Russie dans la guerre civile ukrainienne. Elle figure désormais dans le budget de l’Union européenne avec 1,5 milliard d’euros fléchés. Parmi les objectifs : « s’associer avec l’OTAN et nos partenaires stratégiques, partageant les mêmes valeurs et internationaux, et coopérer plus étroitement avec l’Ukraine ».

La Communauté européenne avait pour but d’éviter que les Etats européens se déchirent à nouveau après deux guerres ayant fait plusieurs dizaines de millions de victimes en un peu plus de 20 ans. C’est pour cette raison que fut créée en 1952 la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA). Cette initiative plaçait sous contrôle international les deux matières premières indispensables à la production d’armes à l’époque. La CECA se déclina ensuite en 1957 en Communauté économique européenne, devenue Union européenne.
Mais depuis le coup d’État en Ukraine en 2014 chassant le gouvernement légitimement élu, l’attitude de l’UE a évolué sous l’impulsion de chefs d’État et de gouvernement qui sont à la tête d’armées intégrées à l’OTAN, sous commandement de Washington.
Au bout de six années de bombardement de l’Est de l’Ukraine par l’armée ukrainienne, la Russie s’est impliquée dans cette guerre civile. Kiev lui a donné tous les arguments nécessaires pour agir, car ses bombes visaient les habitants des régions russophones de l’Est du pays. Depuis 2022, une partie du budget de l’Union européenne vise à fournir des armes à Kiev. Les dirigeants de l’UE ont trouvé le moyen d’inscrire cette orientation dans le marbre.
En effet, cette trahison des idéaux qui ont présidé à la création de la Communauté européenne a franchi le 5 mars une nouvelle étape : « la stratégie industrielle européenne de défense ». Un communiqué de Bruxelles apporte quelques précisions :

« S’associer avec l’OTAN et coopérer plus étroitement avec l’Ukraine »

« Les investissements des États membres et de l’industrie européenne de la défense dans le développement et la mise sur le marché des technologies et capacités de défense les plus avancées de demain seront soutenus »
« Veiller à ce que les budgets nationaux et de l’Union soutiennent, par les moyens nécessaires, l’adaptation de l’industrie européenne de la défense au nouveau contexte sécuritaire »
« L’intégration d’une culture de préparation à la défense dans l’ensemble des politiques, notamment en demandant un réexamen de la politique de prêt de la Banque européenne d’investissement cette année »
« Développer des liens plus étroits avec l’Ukraine par sa participation aux initiatives de l’Union en faveur de l’industrie de la défense et stimuler la coopération entre les industries de la défense de l’Union et de l’Ukraine »
« S’associer avec l’OTAN et nos partenaires stratégiques, partageant les mêmes valeurs et internationaux, et coopérer plus étroitement avec l’Ukraine ».

Soutien au développement de l’industrie de la guerre

« Les États membres sont invités à :
Acquérir au moins 40 % des équipements de défense de manière collaborative d’ici à 2030 ;
Veiller à ce que, d’ici à 2030, la valeur des échanges commerciaux de défense intra-UE représente au moins 35 % de la valeur du marché de la défense de l’Union ;
Progresser régulièrement sur la voie de l’acquisition d’au moins 50 % de leur budget consacré aux marchés publics de défense au sein de l’UE d’ici à 2030 et de 60 % d’ici à 2035.
Le programme européen pour l’industrie de la défense (EDIP) est la nouvelle initiative législative qui passera de mesures d’urgence à court terme, adoptées en 2023 et se terminant en 2025, à une approche plus structurelle et à plus long terme pour parvenir à une préparation industrielle dans le domaine de la défense. Cela garantira la continuité du soutien apporté à la base industrielle et technologique de défense européenne, afin d’accompagner son adaptation rapide à la nouvelle réalité.
L’EDIP comprend à la fois des aspects financiers et réglementaires. L’EDIP mobilisera 1,5 milliards d’euros du budget de l’UE au cours de la période 2025-2027, afin de continuer à renforcer la compétitivité de la BITDE. »

M.M.

Européennes 2024Union européenneUkraineA la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?