« Nous avons été battus, injuriés, humiliés et abandonnés au froid pendant de longues heures pendant qu’ils nous interrogeaient »

Les forces israéliennes accusées d’avoir maltraité le personnel médical après un raid dans un hôpital de Gaza

13 mars, par Mohamed Soulaimane

Voici un extrait d’un article de Mohamed Soulaimane, journaliste indépendant basé à Gaza, écrivant sous un pseudonyme pour des raisons de sécurité compte tenu de la situation sécuritaire. Cet article a été publié dans « The New Humanitarian » (https://www.thenewhumanitarian.org/news-feature/2024/03/12/israel-forces-accused-abusing-medical-staff-gaza-nasser-hospital-raid). Il rend compte d’une exaction parmi tant d’autres de l’armée israélienne à Gaza.
Le personnel médical de l’hôpital Nasser de Gaza a été déshabillé, battu et humilié par les forces israéliennes après un raid le mois dernier, selon des médecins et d’autres membres du personnel qui ont déclaré qu’au moins 13 patients sont morts dans l’établissement en raison de la difficulté de prodiguer des soins alors qu’ils étaient sous traitement.

Le New Humanitarian rapporte régulièrement comment la campagne militaire israélienne de cinq mois dans la bande de Gaza a affecté le personnel et les patients de l’hôpital — le plus grand établissement médical de la ville de Khan Younis, dans le sud de Gaza, et le deuxième de l’enclave.

La BBC rapporte des allégations similaires selon lesquelles les forces israéliennes auraient battu et humilié le personnel médical de l’établissement — les forçant à se déshabiller, à s’agenouiller et à être aspergés d’eau froide alors qu’elles les détenaient pendant une semaine à la suite d’un raid du 15 février. L’armée israélienne n’a pas répondu aux allégations spécifiques d’abus, affirmant seulement qu’aucun personnel médical n’avait été blessé.

Les hôpitaux, le personnel médical et les patients civils doivent être protégés contre tout danger pendant un conflit et les prendre intentionnellement pour cible peut constituer un crime de guerre, tout comme leur utilisation comme boucliers humains.

L’hôpital Nasser — « l’épine dorsale du système de santé dans le sud de Gaza », selon le chef de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus — a pour l’essentiel cessé de fonctionner suite au siège de l’armée israélienne qui a commencé fin janvier.

Le deuxième hôpital de Gaza totalement hors-service

Il est désormais totalement non opérationnel, avec seulement sept membres du personnel, contre 195 avant les raids de février, a déclaré le directeur du complexe médical, Atef al-Hout, au New Humanitarian. Les 120 derniers patients et les membres de leurs familles ont tous été récemment évacués par la Société du Croissant-Rouge palestinien, avec le soutien de l’OMS et de l’organisme d’aide d’urgence des Nations Unies, OCHA.

Après ses raids de la mi-février, l’armée israélienne a affirmé que les corps de certains des otages pris lors des attaques du Hamas du 7 octobre étaient détenus dans le centre et a déclaré avoir arrêté « des centaines de terroristes et de suspects de terrorisme » — bien qu’aucun corps n’ait été retrouvé aucune preuve pour étayer ses affirmations concernant l’arrestation de militants présumés n’a été fournie. Environ 200 personnes ont été arrêtées lors des raids, selon OCHA.

L’installation reste assiégée et les routes qui y mènent sont endommagées ou bloquées. Il n’y a ni électricité, ni nourriture, ni eau potable, et les eaux usées débordent dans l’hôpital depuis les fosses septiques dont les pompes ont besoin d’électricité pour fonctionner, selon OCHA.

The New Humanitarian s’est récemment entretenu avec plusieurs personnes qui ont pu évacuer l’hôpital Nasser, ainsi qu’avec des personnes qui se trouvaient encore dans l’établissement, pour mieux comprendre quelles étaient les conditions.

13 patients morts pendant le siège de l’hôpital

Treize patients sont morts depuis le début du siège en raison du manque d’oxygène et de soins médicaux appropriés, ont déclaré plusieurs membres du personnel au New Humanitarian, ajoutant que les forces israéliennes avaient empêché les fournitures vitales d’atteindre l’établissement.

« L’armée israélienne a interdit à l’OMS de livrer un camion de nourriture et d’eau qu’elle immobilisait à 50 kilomètres du complexe. Après plusieurs tentatives, ils ont autorisé la livraison de carburant, mais n’ont pas permis au personnel de faire le plein et de faire fonctionner les générateurs », a déclaré le Dr Ashraf al-Qudra. « L’armée israélienne a également détruit le centre d’urgence et de secours, ainsi que deux ambulances, des tentes [pour les personnes déplacées] et un grand nombre de voitures. Les soldats ont également détruit au bulldozer une fosse commune contenant 200 corps palestiniens.

« J’ai vu un de nos collaborateurs se faire tirer dessus »

S’exprimant avant les évacuations finales, le Dr Amira al-Assouli, spécialisée en obstétrique et gynécologie, a déclaré que le personnel médical, les patients et leurs familles étaient soumis à une immense pression alors que leurs derniers stocks de nourriture et d’eau potable s’épuisaient.
Lors des raids militaires qui ont débuté le 11 février, Fayeq Abu Jamei a déclaré que lui et ses collègues qui travaillent à l’hôpital Nasser avaient été agressés physiquement et verbalement et humiliés par des soldats israéliens.

« Nous avons vécu et vivons encore des temps difficiles, soit à cause des menaces constantes, de la présence de tireurs d’élite autour de l’hôpital ou de soldats israéliens directement à l’intérieur du bâtiment. »

« Nous avons été déshabillés jusqu’à nos sous-vêtements et d’autres ont été déshabillés. Nous avons été battus, injuriés, humiliés et laissés dehors pendant de longues heures pendant qu’ils nous interrogeaient », a déclaré Abu Jamei au New Humanitarian.

A la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?