Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > International > Monde

Crise en Ukraine : l’engagement de non-extension de l’OTAN au-delà de l’Allemagne confirmé par des archives déclassifiées

L’OTAN a donné un argument important à Vladimir Poutine pour justifier l’offensive militaire en Ukraine auprès de l’opinion publique russe

dimanche 27 février 2022


Un article publié le 12 décembre 2017 par « National Security Archives » confirme les assurances données par les Etats-Unis et leurs alliés européens quant au refus d’étendre l’OTAN au-delà des frontières de l’Allemagne, en échange de l’accord par l’Union soviétique à la réunification de l’Allemagne en 1991. Ces assurances n’ont pas été tenues et l’OTAN s’est étendu jusqu’aux frontières de la Russie, englobant non seulement les anciens Etats du Pacte de Varsovie, mais également d’anciennes Républiques socialistes soviétiques. Il est alors évident que soutenir l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, donnant à Vladimir Poutine un argument justifiant l’offensive militaire auprès de l’opinion publique russe.


La célèbre expression « pas un pouce vers l’est » du secrétaire d’État américain James Baker concernant l’expansion de l’OTAN lors de sa rencontre avec le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev le 9 février 1990 faisait partie d’une cascade d’assurances sur la sécurité soviétique données par les dirigeants occidentaux à Gorbatchev et à d’autres dirigeants soviétiques. officiels tout au long du processus d’unification allemande en 1990 et jusqu’en 1991, selon des documents américains, soviétiques, allemands, britanniques et français déclassifiés publiés le 12 décembre 2017 par les Archives de la sécurité nationale de l’Université George Washington.
Les documents montrent que plusieurs dirigeants d’Etat envisageaient et rejetaient l’adhésion de l’Europe centrale et orientale à l’OTAN dès le début de 1990 et jusqu’en 1991, que les discussions sur l’OTAN dans le contexte des négociations d’unification allemande en 1990 n’étaient pas du tout strictement limitées au statut de l’ex-RDA, et que les plaintes ultérieures soviétiques et russes concernant le fait d’avoir été induits en erreur au sujet de l’expansion de l’OTAN étaient fondées sur des mémorandums et des câbles écrits aux plus hauts niveaux.

Laisser le territoire est-allemand hors des structures militaires de l’OTAN

Les premières assurances concrètes des dirigeants occidentaux sur l’OTAN ont commencé le 31 janvier 1990, lorsque le ministre ouest-allemand des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher a prononcé un important discours public à Tutzing, en Bavière, sur l’unification allemande. L’ambassade des États-Unis à Bonn a informé Washington que Genscher avait clairement indiqué « que les changements en Europe de l’Est et le processus d’unification allemande ne doivent pas conduire à une atteinte aux intérêts de sécurité soviétiques ». Par conséquent, l’OTAN devrait exclure une « expansion de son territoire vers l’est, c’est-à-dire le rapprochant des frontières soviétiques ». Le câble de Bonn notait également la proposition de Genscher de laisser le territoire est-allemand hors des structures militaires de l’OTAN, même dans une Allemagne unifiée au sein de l’OTAN.
La "formule Tutzing" est immédiatement devenue le centre d’une vague de discussions diplomatiques importantes au cours des 10 jours suivants en 1990, menant à la réunion cruciale du 10 février 1990 à Moscou entre Kohl et Gorbatchev lorsque le dirigeant ouest-allemand a obtenu l’assentiment de principe soviétique à l’unification allemande dans l’OTAN, tant que l’OTAN ne s’étendait pas vers l’est. Les Soviétiques auraient eu alors besoin de temps pour convaincre leur opinion publique (et obtenir l’aide financière des Allemands de l’Ouest) avant de signer officiellement l’accord en septembre 1990.

Pas possible de sortir du Pacte de Varsovie pour adhérer à l’OTAN

Les conversations avant l’assurance de Kohl impliquaient une discussion explicite sur l’expansion de l’OTAN, les pays d’Europe centrale et orientale, et comment convaincre les Soviétiques d’accepter l’unification. Par exemple, le 6 février 1990, lorsque Genscher rencontra le ministre britannique des Affaires étrangères Douglas Hurd, le dossier britannique montrait que Genscher disait : « Les Russes doivent avoir une certaine assurance que si, par exemple, le gouvernement polonais quittait un jour le Pacte de Varsovie, ils ne rejoindraient pas l’OTAN le lendemain ».
Pas une fois, mais trois fois, Baker a utilisé la formule « pas un pouce vers l’est » avec Gorbatchev lors de la réunion du 9 février 1990. Il était d’accord avec la déclaration de Gorbatchev en réponse aux assurances que « l’élargissement de l’OTAN est inacceptable ». Baker a assuré à Gorbatchev que « ni le président ni moi n’avons l’intention de tirer des avantages unilatéraux des processus en cours », et que les Américains ont compris que « non seulement pour l’Union soviétique, mais aussi pour les autres pays européens, il est important d’avoir garanti que si les États-Unis maintiennent leur présence en Allemagne dans le cadre de l’OTAN, pas un pouce de la juridiction militaire actuelle de l’OTAN ne s’étendra vers l’Est ».

Commentaire : engagements des Etats-Unis démentis par les faits


Mais quelques années plus tard, profitant de la destruction de l’URSS, le processus d’élargissement de l’OTAN vers l’est s’est enclenché. Il englobe désormais tous les anciens États membre du Pacte de Varsovie. A cela s’ajoutent l’Albanie, quatre États issus de la destruction de la Yougoslavie (Slovénie, Croatie, Montenégro et Macédoine du Nord) et trois anciennes Républiques socialistes soviétiques (Lituanie, Lettonie et Estonie) directement frontalières de la Russie.
Il est alors évident que soutenir l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, donnant à Vladimir Poutine un argument justifiant l’offensive militaire auprès de l’opinion publique russe.



Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Messages

  • "Contraindre à la paix par l’usage de la force est absurde" (solgan russe).
    En surfant sur la crainte de l’OTAN, et de par son agression, Poutine renforce incommensurablement l’organisation qu’il prétendait combattre.

  • Article vraiment très intéressant mais sans nom d’auteur dommage !

  • Tous les occidentaux, européens et américains, réunis autour de l’OTAN condamnent sans appel l’agression de Vladimir Poutine alors qu’ils ont tout fait pour qu’elle se produise. À partir 24 mars 1999 et pendant 78 jours, l’OTAN a bombardé la SERBIE sans aucun mandat de l’ONU, sans que la SERBIE n’ai menacé aucun autre pays mais je ne me souviens pas qu’alors la presse française ait condamné unanimement l’agression des dictateurs occidentaux. Le 2 poids 2 mesures de l’OTAN et la mauvaise foi des médias est juste insupportable.

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus