Lettres et manifestation devant la Maison Blanche

De nombreux fonctionnaires aux États-Unis accusent leur gouvernement de « fermer les yeux sur Gaza »

14 décembre 2023

Aux États-Unis, de nombreux fonctionnaires de l’administration se mobilisent pour que leur gouvernement reconnaisse les atrocités commises à Gaza par l’armée israélienne. Plusieurs lettres signées par de nombreux fonctionnaires ont déjà été adressées au gouvernement, malgré la crainte de représailles.
Hier, des fonctionnaires ont manifesté devant la Maison-Blanche pour une veillée aux chandelles brandissant une pancarte disant : « Président Biden, votre personnel exige un cessez-le-feu ».

Une lettre ouverte des employés de la Sécurité intérieure fustige les dirigeants de l’agence pour avoir « minimisé les atrocités en cours » à Gaza.
Plus d’une centaine de membres du personnel du Département américain de la Sécurité intérieure (DHS) ont signé une lettre ouverte au secrétaire d’État Alejandro Mayorkas dénonçant la gestion de la guerre à Gaza par le département.
La lettre, obtenue exclusivement par Al Jazeera, exprime sa frustration face à « l’absence palpable et flagrante dans les messages du Département » de « reconnaissance, soutien et deuil » pour les plus de 18 000 Palestiniens tués à Gaza depuis le début de la guerre le 7 octobre.
« La grave crise humanitaire à Gaza et les conditions en Cisjordanie sont des circonstances auxquelles le Département répondrait généralement de diverses manières », indique la lettre datée du 22 novembre.

Large mouvement de protestation

« Pourtant, les dirigeants du Département de la sécurité intérieure ont apparemment fermé les yeux sur les bombardements de camps de réfugiés, d’hôpitaux, d’ambulances et de civils. »
Les signataires de la lettre comprennent 139 membres du personnel du Département de la sécurité intérieure et des agences qu’il gère, comme les douanes et la protection des frontières (CBP), l’Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA), l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) et les services de citoyenneté et d’immigration des États-Unis (USCIS).
Mais certains membres du personnel « ont choisi de signer cette lettre de manière anonyme » par crainte de réactions négatives, explique le document qui a appelé le Département de la sécurité intérieure à « fournir une représentation juste et équilibrée de la situation et à permettre une expression respectueuse sans crainte de répercussions professionnelles ».

Des fonctionnaires manifestent devant la Maison-Blanche

Cette lettre est la dernière indication des fractures au sein de l’administration du président Joe Biden, qui a fait face à des critiques internes pour la position de son gouvernement sur la guerre à Gaza.
Le mois dernier, plus de 500 responsables de 40 agences gouvernementales ont publié une lettre anonyme poussant Biden à appeler à un cessez-le-feu immédiat à Gaza. Une autre lettre, signée par 1 000 employés de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), exprimait un appel similaire.
Un groupe de personnes s’est rassemblé devant la Maison-Blanche pour une veillée aux chandelles brandissant une pancarte disant : « Président Biden, votre personnel exige un cessez-le-feu ».
Josh Paul, qui a démissionné du Département d’État en octobre en raison de « l’assistance mortelle à Israël » apportée par les États-Unis, a pris la parole lors de l’événement.
Les informations partagées en ligne avant la manifestation ont encouragé les membres du personnel de l’administration Biden-Harris à y assister. Les participants ont été encouragés à porter des masques et des vêtements indescriptibles et à ne pas apporter leur téléphone professionnel.

A la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?