Monde

Des centaines de milliers de paysans en lutte aux portes de Delhi

Mathieu Raffini / 3 décembre 2020

Plus de 250.000 paysans de toute l’Inde se sont mis en marche en direction de Delhi dans le cadre du Dilli Chalo afin de protester contre les lois anti-paysannes mises en place par le gouvernement Modi.


En septembre dernier, le gouvernement a en effet fait voter 3 lois ayant d’importantes conséquences sur la politique agricole du pays, et par conséquent de la vie des plus de 480 millions de paysans en Inde. Elles sont, fondamentalement des lois de dérégulation du statut de paysan et de libéralisation de l’agriculture en Inde.
Les trois principales mesures prévues dans le cadre de ces lois sont ainsi :

- La fin de l’obligation de signer un contrat entre l’entreprise et le paysan qui la fournit.

- La fin du contrôle de l’Etat sur les prix et la possibilité pour les commerçants et entreprises de spéculer et de thésauriser.

- La fin de l’obligation de vente des produits paysans vers les Comités du marché des produits agricoles et de l’élevage (APMC, centrales d’achat gérées par les Etats).

Le gouvernement Modi annonce grâce à ces lois la possibilité pour les paysans de pouvoir négocier directement avec les acteurs privés, tels que les supermarchés pour fixer leurs prix de vente et ainsi de pouvoir maximiser leurs profits. Mais les paysans indiens ne sont pas naïfs lorsqu’on leur présente cette fable. Il est en effet assez clair qu’entre le fait de ne plus avoir l’assurance de contrat écrit et celui de se retrouver mis en concurrence entre eux, ce seront au final les grandes entreprises et la spéculation qui se retrouveront gagnants.
C’est donc avec la crainte de voir les maigres protections permises par leur statut s’envoler, ainsi que pour garantir la sécurité alimentaire du pays, menacée par la spéculation, que des centaines d’organisations paysannes soutenues par celles ouvrières et les partis communistes, ont décidé d’organiser une marche nationale en direction de la capitale dans le but de se faire entendre du gouvernement et de faire retirer ces 3 lois iniques qui risquent de plonger encore plus dans la grande pauvreté des centaines de millions d’Indiens

Mais le gouvernement ultra-réactionnaire de Modi et du BJP a décidé de réprimer ce mouvement social d’ampleur, interdisant ainsi l’entrée de la capitale aux manifestants. En réponse, les organisations paysannes ont donc choisi d’occuper les principales entrées routières de Delhi.
Des représentants ont été reçus par le gouvernement le mardi 1er décembre, mais il n’y a pour l’instant aucun résultat.
Constatant l’absence de volonté de la part des autorités de négocier pour le moment, les organisations paysannes en appellent en conséquence aux parlementaires pour faire retirer ces 3 lois d’ici la fin de la semaine. En cas de non-réponse de leur part, les barrages paysans se feront de plus en présents à Delhi et s’étendront au reste du pays. Les organisations progressistes (syndicats ouvriers, partis communistes, organisations de jeunesse, étudiantes, etc..), déjà présentes en soutien sur le terrain ont également annoncé qu’elles intensifieraient la lutte dans les jours à venir pour faire aboutir les revendications paysannes.

Mathieu Raffini