Monde

Des décès de bébé liés à la pollution pétrolière

Amnesty International demande un enquête au Nigeria

Témoignages.re / 9 novembre 2017

L’organisation de défense des droits de l’homme, Amnesty International, a demandé une enquête sur les conclusions d’un rapport qui indique que les nouveau-nés dans le Delta du Niger sont deux fois plus exposés au risque de mourir au cours de leur premier mois de vie si leurs mères étaient exposées à la pollution pétrolière avant d’être enceinte.

JPEG - 11.6 ko

Audrey Gaughran, directrice pour les Questions internationales d’Amnesty International, dans un communiqué publié sur le site de l’organisation a déclaré lundi : ’Cette étude choquante pose des questions très graves sur la raison pour laquelle les compagnies pétrolières internationales n’ont pas fait plus pour contrôler l’impact de leurs activités sur la santé des populations vivant dans le Delta du Niger.

« Le gouvernement nigérian doit mettre en place un système de surveillance indépendant pour alerter les communautés sur les risques pour la santé de l’industrie pétrolière et faire rendre des comptes aux sociétés pétrolières pour tout dégât causé par leurs activités ».

Des articles parus dans la presse citant des chercheurs ont révélé que les enfants nés de mères vivant dans un rayon de 10 kilomètres d’un déversement d’hydrocarbures avant leur conception au Nigeria risquent deux fois plus de mourir, en qualifiant ces conclusions de ’tragédie humaine alarmante’.

Les chercheurs de l’Université de Saint-Gall, en Suisse, ont découvert que la mortalité infantile augmentait de près de 38 pour 100.000 naissances si la mère vivait près d’une zone de déversement des hydrocarbures avant la conception. Ce qui, selon le rapport, signifie que ces déversements d’hydrocarbures pourraient être responsables du décès de 16.000 bébés dans le premier mois après leur naissance. Les bébés sont particulièrement vulnérables à la pollution pétrolière du fait qu’ils se trouvent à une période difficile de leur développement et qu’ils n’ont pas développé certaines défenses, souligne le rapport.