Monde

Des entrepreneurs chinois attirés par la Zone économique spéciale de Pointe-Noire au Congo

Mondialisation

Témoignages.re / 9 novembre 2017

Un groupe de quatre sociétés chinoises désire investir dans la Zone économique spéciale (ZES) de Pointe-Noire, principal centre économique et industriel au sud du Congo, à travers un consortium doté d’un capital d’un million de dollars américains, a annoncé, lundi, à Brazzaville, Xu Gen Hong, un responsable desdites sociétés, à l’issue d’un entretien avec le ministre congolais des ZES, Gilbert Mokoki. 

JPEG - 11.6 ko

Ces entreprises projettent d’investir dans le raffinage des produits pétroliers, la transformation des produits de pêche et la production d’huile de palme et de ses dérivés. Elles sont également intéressées par la production de matériels électriques (câbles, transformateurs et autres accessoires) et de construction de pipelines. A propos de la production d’huile de palme, les investisseurs chinois veulent solliciter du gouvernement congolais un terrain de 10 hectares pour planter les palmiers. Une fois, l’usine implantée, l’huile de palme sera destinée au marché local, mais aussi à l’exportation vers la République démocratique du Congo (RDC) et en Chine.

Le Congo entend développer quatre Zones économiques spéciales à travers le pays, notamment à Pointe-Noire, Brazzaville, la capitale, Oyo-Ollombo et Ouesso, au nord. La loi régissant ces ZES a été promulguée, ainsi que certains textes y afférents.

M. Mokoki a assuré aux hommes d’affaires l’accompagnement du gouvernement congolais et leur a présenté des avantages du régime fiscalo-douanier accordé aux entreprises qui vont s’engager dans les zones économiques spéciales, en particulier dans celle de Pointe-Noire.

Le projet de construction des zones économiques spéciales participe de la volonté du Congo de diversifier son économie qui reste dépendante des ressources pétrolières. Les études de faisabilité de la zone économique de Pointe-Noire ont été réalisées avec le soutien de la Chine. Ce projet porte, entre autres, sur la construction d’un port minéralier, des unités industrielles et des activités logistiques. Il y est prévu la création de 100.000 emplois directs et indirects.