Monde

Diminuer le coût environnemental de la construction

Lutte contre le réchauffement climatique

Témoignages.re / 15 décembre 2017

Le temps qui passe sur les efforts pour réformer les performances énergétiques du secteur du bâtiment et de la construction et maintenir l’accord de Paris, est sur la bonne voie, a révélé, mardi, une nouvelle étude soutenue par les Nations Unies.

JPEG - 85.1 ko

Le Global Status Report 2017 de l’Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction - lancé, pour la première fois, par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et la France lors de la 21e Conférence sur le changement climatique - trouve que le secteur continue de croître avec l’intensité énergétique par mètre carré de bâtiments devant être améliorés de 30 % d’ici 2030.

« Au cours des 40 prochaines années, le monde devrait construire 230 milliards de mètres carrés de nouveaux bâtiments - ajoutant l’équivalent de Paris à la planète chaque semaine », a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), lors d’un événement parallèle du One Planet Summit à Paris. « Cette croissance rapide n’est pas sans conséquences », a-t-il averti, selon un communiqué de l’ONU.

Il a indiqué qu’en 2016, on estimait à 235 milliards de mètres carrés de superficie totale qui ont été atteints. Au cours des 40 prochaines années, 230 milliards de m2 de bâtiments supplémentaires seront construits - l’équivalent de l’ajout de la superficie du Japon à la planète chaque année jusqu’en 2060. Lorsque la production d’électricité en amont est incluse, les bâtiments et la construction représentent 39 % des émissions de CO2 liées à l’énergie.

Faire d’Emission Zéro la norme

Selon le rapport préparé par l’AIEA et coordonné par le PNUE, le temps est compté, car plus de la moitié des constructions prévues d’ici 2060 seront réalisées dans les 20 prochaines années - les deux tiers dans les pays dépourvus de codes énergétiques du bâtiment. Cependant, le rapport met en évidence de nombreuses opportunités de déployer des solutions à faible consommation d’énergie et à faible émission de carbone, et attire l’attention sur un certain nombre d’exemples mondiaux montrant comment les objectifs peuvent être atteints par des efforts clairs et concertés.

A ce jour, les promesses de l’Accord de Paris sont restées en deçà - les émissions de CO2 des bâtiments et de la construction ayant augmenté de près de 1 % par an entre 2010 et 2016, libérant 76 gigatonnes de dioxyde de carbone dans les émissions cumulées. « Une action ambitieuse est nécessaire sans délai pour éviter de verrouiller les actifs de bâtiments à long terme et inefficaces pour les décennies à venir », a-t-il souligné.

Selon le rapport, les bâtiments ayant une énergie proche de zéro, les émissions nulles doivent devenir la norme mondiale de construction au cours de la prochaine décennie pour des améliorations de 2 % de la performance énergétique jusqu’en 2030. Le taux de rénovation énergétique des bâtiments doit également augmenter de 3 % au cours de la prochaine décennie, particulièrement important dans les pays de l’OCDE, où environ 65 % du total des 2060 bâtiments en prévision sont déjà construits aujourd’hui.

Potentiel d’économies

« Comme dans de nombreux domaines liés à l’Accord de Paris, le secteur du bâtiment voit certains progrès dans la réduction de ses émissions, mais c’est trop peu, trop lentement », a souligné Erik Solheim, Directeur exécutif du PNUE. Le rapport a indiqué qu’un potentiel d’économies d’énergie provenant de l’amélioration de la performance de l’enveloppe du bâtiment peut être énorme. A l’échelle mondiale, la construction à haute performance et les rénovations d’énergie profonde des enveloppes de bâtiments existantes représentent un potentiel d’économies de plus que toute l’énergie finale consommée par les pays du G20 en 2015. « Pour réaliser le potentiel du secteur du bâtiment et de la construction, il faut l’intervention de tous - en particulier pour faire face à la croissance rapide des investissements dans les bâtiments inefficaces et à forte intensité de carbone », a déclaré M. Solheim.