Monde

Emmanuel Macron sur la tombe des morts de la grotte d’Ouvea : « un affront »

La France doit d’abord reconnaître un crime de la colonisation

Témoignages.re / 4 mai 2018

Emmanuel Macron se rend en Kanaky en pleines commémorations des 30 ans du massacre d’Ouvéa. Il sera le premier président de la République à venir dans cette île, demain 5 mai, 30 ans après ce crime commis par la France resté impuni. Cette tribune collective, publiée dans Mediapart, appelle le président de la République à respecter la mémoire des Kanak morts pour la lutte indépendantiste, à reconnaître officiellement les crimes commis à Ouvéa et à s’abstenir de toute prise de position sur le processus de décolonisation.

JPEG - 11.6 ko

Alors que les commémorations des 30 ans du massacre d’Ouvéa ont débuté le samedi 22 avril et à l’approche du référendum d’autodétermination, Emmanuel Macron sera en visite officielle en Kanaky - Nouvelle-Calédonie du 3 au 5 mai. Dans ce contexte, les organisations et personnalités signataires soutiennent les appels collectifs adressés au président français à respecter la mémoire des Kanak morts pour la lutte indépendantiste, nombre d’entre eux ayant été tués par l’armée française. Elles rappellent également que le référendum sur la pleine souveraineté de Kanaky concerne avant tout les Kanak et les descendants des « victimes de l’histoire » et que la puissance coloniale et ses représentants ne doivent pas fausser ce processus.

Le 22 avril 1988 des militants kanak indépendantistes lancent une occupation de la gendarmerie de Fayaoué sur l’île d’Ouvéa. Prévue pour être pacifique, l’action dérape : 4 gendarmes sont tués et 27 pris en otage. Une partie des otages est libérée très rapidement et l’autre maintenue dans la grotte d’Ouvéa. Alors que des négociations sont en cours, le gouvernement français décide dans l’entre-deux tours de la présidentielle de lancer un assaut militaire contre la grotte le 5 mai, au cours duquel 2 militaires et 19 militants indépendantistes sont tués, certains exécutés d’une balle dans la tête. Il est également avéré qu’avant l’assaut, les militaires français ont commis des mauvais traitements sur la population locale de Gossanah (un village à proximité), mais aussi ailleurs, afin d’obtenir des informations et de localiser la grotte.

Chaque année les familles des victimes et les habitants d’Ouvéa commémorent cette tragédie du 22 avril au 5 mai, désormais aux côtés des gendarmes de Fayaoué dans une démarche de réconciliation. Le « Comité des 30 ans des événements de Iaai » qui participe à l’organisation des commémorations a fait savoir dès le 16 avril puis à plusieurs reprises que la présence d’Emmanuel Macron sur la tombe des 19 militants tués n’était pas souhaitée le 5 mai et serait considérée comme une « provocation », de même que le « Comité Vérité & Justice », qui juge que ce déplacement « n’est pas acceptable s’il n’est pas accompagné d’un geste dans le sens de la vérité et la justice ». Pourtant à l’heure actuelle la visite officielle à Ouvéa est maintenue. La tragédie d’Ouvéa s’inscrit dans la terrible lignée des crimes coloniaux et néo-coloniaux commis par l’Etat français, qui présentent des similitudes inquiétantes : impunité pour les responsables, vérité soustraite aux victimes, secret défense appliqué aux archives. La présence de la puissance coloniale aux commémorations d’Ouvéa sera vue à juste titre comme un affront et comme la négation de la parole des Kanak habitant sur place.

La visite d’Emmanuel Macron a également pour contexte la fin du processus de décolonisation dans lequel Kanaky - Nouvelle Calédonie est engagée depuis 30 ans. Le dernier Comité des signataires des accords réuni à Paris en mars a fixé la date du référendum sur la pleine souveraineté et l’accession à l’indépendance au 4 novembre prochain. Lors de la campagne présidentielle française, Emmanuel Macron avait déclaré qu’il souhaitait que la Nouvelle-Calédonie reste « dans la communauté nationale ». D’autres représentants français, tels que Manuel Valls et Christian Jacob en déplacement dans l’archipel au sein de la mission d’information parlementaire sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle Calédonie, se sont également permis de déclarer officiellement leur préférence personnelle pour le maintien de la tutelle française. Aujourd’hui la position du chef de l’Etat, comme de tous les représentants français, doit être impartiale. Une impartialité certes factice puisque la France est la puissance coloniale, mais indispensable désormais dans les discours et dans les actes afin de ne plus interférer dans le choix et les débats des premiers concernés.

A l’approche de cette visite officielle, les organisations et personnalités signataires appellent donc le président français et sa délégation :
à respecter la demande des Kanak d’Ouvéa de ne pas se rendre sur la tombe des 19 militants tués à Ouvéa à cette date symbolique ;
à reconnaître officiellement les crimes commis à Ouvea et à ouvrir les archives les concernant ;
à respecter le droit à l’autodétermination du peuple kanak et le processus de décolonisation engagé, et donc à s’abstenir de toute prise de position sur l’avenir de Kanaky - Nouvelle-Calédonie et de toute forme de pressions ou manipulations qui viseraient à influencer le résultat du référendum pour maintenir la tutelle française.

Organisations signataires :
Les organisations membres du collectif Solidarité Kanaky :
- Association Survie,
- Mouvement des jeunes kanak en France (MJKF),
- Union syndicale des travailleurs kanak et exploités (USTKE),
- Association Information et Soutien aux Droits du Peuple Kanak (AISDPK),
- Fasti,
- CNT
- Union syndicale Solidaires
- Collectif de Défense de l’Intégrité et la Souveraineté des COMores (CDISCOM)
Alternative libertaire
Collectif ni Guerre ni Etat de Guerre
Réseau Sortir du colonialisme
Comité vérité et justice pour Adama Traoré
Fondation Frantz Fanon
Revue Mouvements
Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP)



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Un président qui se veut recueillir devant la tombe des deux camps ; un président qui ne veut pas ignorer Nouméa ; un président qui veut jouer la carte de référendum. Ici, en France métropole, je me demande vraiment ce qu’on pourrait lui reprocher dans cette affaire.

    PS : personnellement je suis pour l’indépendance complète (pas de double nationalité) de tous les Dom-Tom et territoires outre-mer. Même la Corse.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • ... la liste des signataires de cette tribune ressemble à un inventaire à la Prévert...

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • TB l’autonomie, c’est à la fois, devenir libre et indépendant, responsable aussi, bon WE à tous, kanaks compris. Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Vive l’indépendance Kanak,
    Il n’y a pas 2 définitions de l’indépendance, un pour l’occident ici s’agissant de la France et signifiant la liberté et l’autre pour les pays sous sa tutelle signifiant la misère. Il n’y donc pas de semi-liberté, ni de semi-accouchement il faut couper le cordon qui nous lie à la France Coloniale. Les crimes coloniaux doivent aussi être réparés, vive la liberté du peuple Kanak, la Kanaky géographiquement est toujours libre comme la nature l’est, maintenant les femmes et les hommes doivent se renouer leurs liens comme autrefois à la terre qui les a vu naître, c’est une question de cohésion, d’équité et de justice.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • A la lecture de vos lignes, je perçois que vous connaissez bien les problématiques de NC-Kanaky, comme moi aussi. Personnellement, je serai soit pour l’indépendance, si le "oui" l’emporte et pour le cas contraire, ne pas rester dans la même situation qu’aujourd’hui. Que le territoire, à l’instar de l’arhipel deMayotte, devienne un DOM. En étant DOM, il y aurait davantage d’égalité, comme : EDF, la Poste, Orange, les 35h, le pacs, l’Euro, le 80 Km/h sur les routes comme en Juillet prochain au lieu des 110 que l’on voit parfois. Bien sur, lorsque je pense à DOM, il faut en fait penser au pluriel car le territoire est composé de 3 provinces depuis justement les "évènements" des années 80’.
    Pourvu que les armes restent silencieuses, car quel que soit le résultat de Novembre prochain, il y aura un perdant et un gagnant, logique. Ensuite, il faudra tourner la page, avancer et développer l’archipel en bonne intelligence, avec les soucis du "destin commun" et du partage, c’est à dire en ayant comme ici j’espère le plus tôt possible, sérieusement, le respect de la nature, l’autonomie énergétique, le recyclage, l’interdiction d’importer des plastiques d’emballages, des couverts et gobelets en plastique, des cotons tiges qui vont ensuite boucher les pompes et les filtres des stations d’épuration et pour finir, soyons courageux, de remettre là bas aussi, le train sur les rails, abandonné au profit néfaste du "tout pour la route", la piste aussi, qui pollue gravement nos poumons, ceux de nos enfants, le bruit, les accidents, nombreux ; réalisons ! Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?