Monde

Emmerson Mnangagwa salue la mémoire de Morgan Tsvangirai

Zimbabwe

Témoignages.re / 16 février 2018

Le président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, a rendu hommage au leader de l’opposition, Morgan Tsvangirai, décédé mercredi en Afrique du Sud, en assurant que son insistance pour l’organisation d’élections libres, justes, crédibles et pacifiques ne sera pas oubliée.

JPEG - 11.6 ko

« Grand syndicaliste et courageux leader de l’opposition, on se souviendra particulièrement de la volonté du regretté Morgan Tsvangirai de transcender les divisions politiques pour former un Gouvernement d’unité nationale après les élections polarisées de 2008 ». Dans un message de condoléances adressé à la famille de ce dernier, le Président Mnangagwa écrit : « A l’intérieur aussi bien qu’après le gouvernement d’unité nationale, il est resté une figure nationale qui a insisté avec obstination pour la tenue d’élections libres, justes, crédibles et non violentes comme moyen de renforcer notre démocratie et notre engagement renouvelé avec le reste du monde ». « Quelles que soient les décisions controversées que lui et son parti, le Mdc (Mouvement pour le changement démocratique-Tsvangirai) aient pu prendre dans le passé, nous nous rappellerons son insistance en faveur de l’organisation d’élections libres, pacifiques et justes, que nous validerons lors des prochaines élections harmonisées de 2018, en hommage à sa mémoire et à notre démocratie. « Nous lui devons cela en tant que leader politique de tous les partis contestataires dans notre pays, qui mérite une paix et une stabilité sans entraves ». Il avait 65 ans.

Le Président Mnangagwa a assuré que, dans le but de bâtir un consensus politique dans le pays en vue des élections harmonisées, il invitera bientôt les leaders de tous les partis politiques à une journée de réunion consultative. « En nous joignant au deuil de la famille de M. Tsvangirai, nous prions que toute la famille reste unie pour offrir au défunt des adieux dignes ».

Selon le Président Mnangagwa, des consultations sont en cours au sein du gouvernement et avec la famille pour décider de ce dont le gouvernement a besoin pour accorder au défunt les honneurs qu’il mérite.