Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > International > Monde

Esplanade des Mosquées : l’Afrique du Sud se joint à la communauté internationale pour condamner le ministre israélien Ben Gvir

L’Afrique du Sud pour une réunion du Conseil de sécurité sur la fin de l’occupation de la Palestine par Israël

vendredi 6 janvier 2023


Dans un communiqué publié le 5 décembre, le gouvernement de la République sud-africaine exprime sa préoccupation suite à la visite au Mont du Temple par le Ministre israélien de la sécurité nationale. L’Afrique du Sud reste attachée à la fin de l’occupation de la Palestine et espère que le Conseil de sécurité des Nations unies se saisira de cette question. L’Afrique du Sud se joint à la communauté internationale pour condamner les actions du ministre israélien Ben Gvir.


« L’action du Ministre Gvir est considérée comme un signal indiquant que le gouvernement israélien nouvellement élu et dirigé par le Premier Ministre Netanyahu » a pour ambition la modification « du fragile statu quo concernant les lieux saints de Jérusalem », indique le communiqué du gouvernement d’Afrique du Sud.

Mont du Temple, lieu de l’Esplanade des Mosquées, un lieu saint de l’Islam. (Photo Andrew Shiva / Wikipedia, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=30066666)

Les actions du ministre Gvir font suite à la déclaration du Premier ministre Netanyahu selon laquelle son gouvernement prévoit de : « faire avancer et développer les colonies dans toutes les parties de la terre d’Israël - en Galilée, dans le Néguev, sur les hauteurs du Golan et en Judée et Samarie ». Cette déclaration a été interprétée comme signalant la fin de la recherche d’une solution à deux États de la part du gouvernement israélien.

« Cette déclaration, l’incursion du ministre Gvir à Al Aqsa, la démolition de maisons et de ressources palestiniennes et le meurtre de jeunes Palestiniens contribuent tous à exacerber les tensions dans la région, rendant très difficile un dialogue significatif vers la fin de l’occupation », conclut le communiqué du gouvernement sud-africain.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus