Monde

Greensill dépose le bilan : des milliers d’emplois menacés

Une société spécialisée dans les prêts à court terme aux entreprises au bord de la faillite

Manuel Marchal / 11 mars 2021

Le dépôt de bilan d’une société spécialisée dans les prêts à court terme aux entreprises fait craindre la suppression de milliers d’emplois, notamment en France. Sachant que la situation en France influe fortement sur La Réunion, des répercussions sont à prévoir dans notre île.

JPEG - 91.3 ko

« Il y a encore quelques jours, le site internet de Greensill annonçait fièrement avoir prêté 143 milliards de dollars à plus de 10 millions de clients, à travers 175 pays. Il ne reste plus rien, ou presque, de ces chiffres qui donnent le tournis : la chute de Greensill, une importante société financière inconnue du grand public, constitue une réelle menace avec la crainte d’un grave "effet domino". », c’est ce qu’indique notre confrère « Le Dauphiné Libéré » dans ses colonnes de ce mercredi.

Greensill n’était pas une banque, et ne devait donc pas se plier aux règles mises en œuvre pour éviter la répétition de la crise financière de 2008. C’était une société financière prêtant à court terme de l’argent aux entreprises en difficulté. « Elle se finance (...) en transformant les dettes que lui doivent ces entreprises en produits financiers qu’elle vend à de grands investisseurs. », précise notre confrère. Avec les effets de la crise sanitaire, les besoins des entreprises dans ce domaine ont considérablement augmenté. Un assureur et plusieurs banques ont lâché Greensill qui a déposé le bilan lundi au Royaume-Uni. Les observateurs craignent des conséquences en cascade, avec des milliers d’emplois menacés à la clé.

Cette faillite n’est pas sans rappeler celles de banques importantes emportées par la crise des subprimes en 2008. Cette crise avait été le prétexte choisi par les gouvernements européens pour imposer une politique de casse sociale. Les Etats avaient en effet volé au secours des banques.
Autrement dit, l’économie réelle risque encore de pâtir gravement de la quête insatiable de profits au bénéfice d’actionnaires qui s’enrichissent en dormant.

M.M.

Voir en ligne : https://www.ledauphine.com/economie...