Monde

L’Angola, l’Afrique australe et « la plus belle cause de l’Humanité » -3-

Un article de Salim Lamrani paru dans l’Humanité : « La plus belle cause de l’Humanité : la contribution de Cuba à la libération de l’Afrique et à la lutte contre l’Apartheid » -5-

Salim Lamrani / 15 octobre 2018

La dernière partie de l’article de Salim Lamrani paru dans l’Humanité revient sur la vision de Cuba par les dirigeants africains de la lutte contre l’apartheid. A la différence des puissances occidentales, le rôle de Cuba sur notre continent n’a pas été d’exploiter les êtres humains et les richesses naturelles, mais de les libérer de l’oppression. A partir de ce fait, les dirigeants de l’Afrique australe sont solidaires de Cuba, malgré les appels des anciennes puissances coloniales.

JPEG - 11.6 ko

Cuito Cuanavale eut également un impact décisif pour la libération de la Namibie alors sous le joug du régime de Pretoria. Lors de la visite historique de Fidel Castro en Namibie en 1998, Sam Nujoma, Président de la nation, l’accueillit à l’aéroport en prononçant cette phrase historique : « Bienvenue en République de Namibie, le pays que vous avez contribué à libérer ». Hage Geingob, actuel Président de Namibie, membre historique de la SWAPO, rendit hommage à Cuba pour son engagement en faveur de la liberté en Afrique australe :

« Fidel est une référence pour un grand nombre d’entre nous, particulièrement en Afrique australe. […] Il a été mon mentor. L’indépendance de la Namibie est due à la bataille de Cuito Cuanavale où les Sud-Africains ont subi une déroute. […] En Namibie, Cuba est aimée. Lorsque nos enfants ont été attaqués à Cassinga, Cuba est venu à leur secours. Trois mille d’entre eux ont été accueillis à Cuba et aujourd’hui, ils sont de retour. Cela représente beaucoup pour nous. Cuba n’est pas venue pour nous forcer la main ou prendre nos ressources. […] Alors que l’Angleterre, la France et les Etats-Unis étaient du côté de l’Apartheid qui nous opprimait et nous tuait, Fidel Castro est venu nous libérer ».

La défaite infligée par les Cubains à l’armée de Pretoria sonna le glas du régime raciste de l’Apartheid, lequel fut contraint de légaliser l’ANC et de libérer Nelson Mandela en février 1990, après 27 ans de prison, et d’abolir l’Apartheid en juin 1991. Mandela, le héros de la lutte contre l’oppression raciale, réserva d’ailleurs son premier voyage hors d’Afrique à Cuba. Le gouvernement de Fidel Castro avait, en effet, soutenu l’ANC dès les premiers instants[50]. Dans un discours prononcé à Cuba en 1991, Nelson Mandela rendit hommage au peuple de l’île et exprima sa gratitude pour sa contribution à la liberté de l’Afrique australe :

« Dès l’origine, la Révolution cubaine a été une source d’inspiration pour tous les peuples épris de liberté. Le peuple cubain occupe une place spéciale dans le cœur des peuples de l’Afrique. Les internationalistes cubains ont effectué une contribution à l’indépendance, à la liberté et à la justice en Afrique qui n’a pas d’équivalent par les principes et le désintéressement qui la caractérisent. […] Nous sommes particulièrement émus par l’affirmation du lien historique avec le continent africain et ses peuples. Son engagement immuable à l’éradication systématique du racisme n’a pas de parallèle. Nous sommes […] conscients de la grande dette que nous avons à l’égard du peuple de Cuba. Quel autre pays pourrait prétendre à plus d’altruisme que celui que Cuba a appliqué dans ses relations avec l’Afrique ? […].L’écrasante déroute de l’armée raciste à Cuito Cuanavale a constitué une victoire pour toute l’Afrique ! Cette défaite indiscutable de l’armée raciste à Cuito Cuanavale a donné la possibilité à l’Angola de profiter de la paix et de consolider sa propre souveraineté ! La déroute de l’armée raciste a permis au peuple combattant de Namibie de conquérir enfin son indépendance ! La défaite décisive des forces agressives de l’Apartheid a détruit le mythe de l’invincibilité de l’oppresseur blanc ! La déroute de l’armée de l’Apartheid a servi d’inspiration au peuple combattant d’Afrique du Sud ! Sans la défaite infligée à Cuito Cuanavale, nos organisations n’auraient pas été légalisées ! La défaite de l’armée raciste à Cuito Cuanavale explique qu’aujourd’hui je puisse me trouver parmi vous [à Cuba] ! Cuito Cuanavale est un évènement marquant dans l’histoire de la lutte pour la libération de l’Afrique australe ! Cuito Cuanavale marque un virage dans la lutte pour libérer le continent et notre pays du fléau de l’Apartheid ! »

Thabo Mbeki, Président de l’Afrique du Sud de 1999 à 2008, rendit hommage à la contribution cubaine à la liberté de son peuple :

« Fidel a été une grande inspiration pour nous tous. Il s’est pleinement engagé dans notre lutte. Certains de nos meilleurs cadres militaires ont été formés à Cuba […]. Nous sommes très liés aux Cubains par cette lutte. Nous n’oublierons jamais les Cubains tombés en Angola, qui se sont battus contre les forces de l’Apartheid. […] La défaite des Sud-Africains en Angola a directement ouvert la voie à l’indépendance de la Namibie et à notre propre libération en Afrique du Sud. »

De la même manière, Jacob Zuma, Président de l’Afrique du Sud de 2009 à 2018, a rappelé que Cuba avait entraîné les guérilleros de l’ANC, leur transmettant les valeurs de la Révolution cubaine :

« Nos cadres qui ont vécu longtemps à Cuba ont été ceux qui ont compris à quel point patriotisme et internationalisme étaient liés ». De nombreux docteurs, ingénieurs, diplomates et autres, ont été formés à Cuba. « Pour nous, Castro, n’était pas seulement un ami. C’était notre leader, notre mentor et notre internationaliste révolutionnaire ».

En 1991, les derniers internationalistes cubains quittèrent l’Angola. Au total, depuis leur première mission en Algérie en 1963, 380 000 combattants et 70 000 collaborateurs civils, soit un total de 450 000 Cubains, apportèrent leur concours à la libération de l’Afrique. En Afrique du Sud, dans la Parc de la Liberté de Pretoria, sont gravés les noms des 2 107 Cubains tombés au combat pour l’émancipation des peuples de l’Afrique australe.

Thenjiwe Mtintso, militante anti-apartheid torturée et emprisonnée sous le régime de Pretoria dans les années 1970 et ambassadrice d’Afrique du Sud à Cuba de 2007 à 2010, a rendu hommage à Cuba :

« Aujourd’hui, l’Afrique du Sud a de nombreux nouveaux amis. Hier, ces amis parlaient de nos dirigeants et de nos combattants comme des terroristes, et ils nous harcelaient depuis leurs pays tout en appuyant l’Afrique du Sud de l’Apartheid. Aujourd’hui, ces mêmes amis veulent que nous accusions et isolions Cuba. Notre réponse est très simple : c’est le sang des héros cubains et non pas celui de ces amis-là qui irrigue profondément la terre africaine et revivifie l’arbre de la liberté dans notre Patrie ».

A ces hommages multiples, Fidel Castro répondit en rappelant la maxime de José Martí, héros national cubain, « la Patrie, c’est l’Humanité » :

« Que faisions-nous si ce n’était payer notre dette à l’égard de l’humanité, notre dette vis-à-vis de l’Afrique, notre dette vis-à-vis de ceux qui ont lutté pour notre dignité, qui ont lutté pour notre indépendance dans de nombreux champs de bataille ? C’est tout ce que nous avons fait. Nous ne méritons aucune reconnaissance particulière. Nous ne méritons aucune gratitude particulière. Nous avons simplement accompli notre devoir. ».

Conclusion

De l’Algérie à l’Afrique du Sud, en passant par le Congo, la Guinée Bissau, le Cap-Vert, l’Ethiopie, l’Angola et la Namibie, la contribution cubaine à la libération du continent n’a pas d’équivalent dans l’Histoire des luttes anticoloniales. « C’est la première fois qu’un pays est venu d’un autre continent non pas pour emporter quelque chose, mais pour aider les Africains à obtenir leur liberté ». Tels furent les propos rédigés par Nelson Mandela depuis sa prison à Robben Island. Alors que les Etats-Unis, et la plupart des puissances occidentales, apportèrent un soutien sans failles au régime ségrégationniste de l’Apartheid, alors que Washington a inclus Nelson Mandela dans la liste des membres d’organisations terroristes jusqu’en 2008, y compris lorsque ce dernier était Prix Nobel de la Paix en 1993 et Président de la République d’Afrique du Sud 1994 à 1999, La Havane, pour sa part s’est pleinement engagé dans la lutte contre l’oppression raciale du régime de Pretoria, car il s’agissait là, selon les mots de Fidel Castro, de « la plus belle cause de l’Humanité ».

Pour comprendre le prestige de la Révolution cubaine en Amérique latine, en Afrique et en Asie, loin de l’image souvent caricaturale véhiculée en Occident, il est nécessaire de rappeler le rôle fondamental qu’a joué une petite île assiégée par les Etats-Unis dans la lutte mondiale pour l’émancipation humaine. Souvent méconnu, cet apport majeur de Cuba à la dignité des exploités est gravé dans la mémoire des peuples du Sud qui ont souffert de l’asservissement colonial et racial.

L’internationalisme révolutionnaire, c’est-à-dire la solidarité active et concrète avec les peuples en lutte pour leur liberté, a été un pilier fondamental de la Révolution cubaine depuis 1959. Alors que les puissances occidentales ont colonisé le berceau de l’Humanité, humiliant les peuples et pillant les ressources naturelles, Cuba, de son côté, est intervenu pour briser les chaînes de l’oppression, et n’a emporté d’Afrique que les corps des siens tombés

Salim Lamrani