Mobilisation mondiale pour stopper la guerre coloniale à Gaza

L’Assemblée générale de l’ONU vote massivement en faveur du cessez-le-feu à Gaza

13 décembre 2023

153 États pour, 23 s’abstenant et 10 contre, dont Israël et les États-Unis : les États-Unis et Israël ont été parmi les rares à voter contre la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU appelant à un cessez-le-feu à Gaza.
Ceci traduit l’isolement de plus en plus grand de l’extrême droite israélienne soutenue par le gouvernement des États-Unis.

L’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU), composée de 193 membres, a voté massivement en faveur d’une résolution appelant à un cessez-le-feu humanitaire dans la bande de Gaza déchirée par la guerre.
La résolution de mardi a été adoptée avec 153 pays votant pour, 23 s’abstenant et 10 pays votant contre, dont Israël et les États-Unis. Bien que la résolution ne soit pas contraignante, elle sert d’indicateur de l’opinion mondiale.
"Nous remercions tous ceux qui ont soutenu le projet de résolution qui vient d’être adopté à une large majorité", a déclaré l’ambassadeur d’Arabie saoudite à l’ONU, Abdulaziz Alwasil, dans ses remarques après le vote. « Cela reflète la position internationale qui appelle à l’application de cette résolution. »

Plus de 18 000 Palestiniens déjà tués à Gaza en deux mois

Le vote intervient alors que la pression internationale s’accentue sur Israël pour qu’il mette fin à son attaque de plusieurs mois contre Gaza, où plus de 18 000 Palestiniens ont été tués, pour la plupart des femmes et des enfants. Plus de 80 pour cent des 2,3 millions d’habitants de Gaza ont également été déplacés.
Les frappes aériennes incessantes et le siège israélien ont créé des conditions humanitaires dans le territoire palestinien que les responsables de l’ONU ont qualifié d’« enfer sur terre ». L’offensive militaire israélienne a sévèrement restreint l’accès à la nourriture, au carburant, à l’eau et à l’électricité dans la bande de Gaza.

Veto des États-Unis au Conseil de sécurité de l’ONU

Le vote de mardi fait suite à l’échec d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU vendredi, qui appelait également à un cessez-le-feu humanitaire.
Les États-Unis ont opposé leur veto à la proposition, émettant le seul vote dissident et condamnant ainsi son adoption. Le Royaume-Uni, quant à lui, s’est abstenu. Contrairement aux votes de l’Assemblée générale de l’ONU, les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ont le pouvoir d’être contraignantes.

A la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?