Monde

L’impérialisme américain restera toujours l’impérialisme américain…

Mathieu Raffini / 28 janvier 2021

Après l’investiture officialisée il y a 7 jours de Joe Biden, mettant fin au mandat de Donald Trump, nombreux étaient les regards tournés vers les Etats-Unis pour voir si un vrai tournant allait s’opérer, notamment au niveau de la politique internationale. Et force et de constater que pour l’instant, il n’y a pas eu de grands bouleversements.


Nous étions pourtant en droit, si l’on écoutait la plupart des médias occidentaux pro-impérialisme US à voir de réels changements, et ce dès le début du mandat.
Pourtant les dernières mesures, que l’on pourrait qualifier de provocations de la part de Trump et de Mike Pompeo sont toujours en place. Cuba reste un « Etat soutenant le terrorisme » tandis que le Sahara Occidental est toujours considéré comme marocain par les Etats-Unis, en témoigne le maintien du consulat américain en terre Sahraouie.
Deux non-actes qui peuvent sembler anodins en une semaine de mandat, mais qui néanmoins semblent marquer une volonté d’afficher une rupture avec le mandat Trump sur la forme (en témoigne notamment la communication sur la composition du cabinet et des secrétaires d’Etats), mais pas sur le fond.

Mais il ne s’agit pas que de Cuba et du Sahara Occidental. Preuve qu’il n’y a vraisemblablement aucune volonté de changement à la politique impérialiste américaine telle qu’elle a été orientée ces dernières années, il n’y a qu’à voir les tentatives de déstabilisation en cours dans d’autres pays.
On peut ainsi voir qu’au Venezuela, le putschiste Juan Guaido qui a pourtant perdu quasiment tous ses soutiens reste soutenu et considéré comme président légitime par les Etats-Unis.
De même, il y a le cas de la Russie : si l’on ne peut remettre en cause les manifestations et la colère légitimes de la part d’une partie grandissante de la population russe envers Vladimir Poutine, il faut comme cela est toujours le cas dans les pays de l’ex-URSS voir par qui cette contestation est menée selon les Occidentaux.
En l’occurrence, Alexeï Navalny, qui serait soi-disant le premier opposant à Poutine. Nous passerons sur le fait que ce ne soit pas le cas, étant donné que les communistes restent la première force d’opposition à Russie-Unie, le parti de Poutine, que cela soit dans les urnes ou sur le terrain. Mais il est également à noter que celui qui est présenté comme étant un grand démocrate est en réalité plus que proche de l’extrême-droite. Enfin, ses liens avec les Etats-Unis sont loin d’être inexistants, ayant ainsi été à l’Université Yale dans le cadre du programme « Yale World Fellows » et ayant bénéficié de financements de la National Endowment for Democracy, que l’on pourrait résumer comme étant une fondation promouvant la déstabilisation d’Etats dans le but d’y instaurer des régimes pro-américains.
Comme en Biélorussie ou en Ukraine dernièrement, la mobilisation légitime d’une partie grandissante de la population russe semble ainsi aller de pair avec une tentative de déstabilisation américaine, ce qui n’est encore une fois pas une preuve de changement de politique internationale de la part de Biden.

Enfin, comment ne pas voir de continuité dans la politique internationale auparavant opérée par Trump et maintenant dirigée par Biden dans les relations avec la Chine ?
La guerre commerciale est toujours ouverte et l’administration Biden ne cherche pas à la calmer, Gina Raimondo , nouvelle secrétaire d’Etat au commerce ayant ainsi signifié au Sénat sa volonté de rester ferme et même agressive envers la Chine.
De plus, pour ne citer qu’un élément, l’investiture de Biden aura été marquée, là où l’on aurait pu espérer une volonté d’apaisement envers les autres pays, par une provocation envers la Chine.
En effet, une représentante de Taïwan avait été invitée, alors que ni les Etats-Unis ni la Chine ne reconnaissent son existence en tant qu’entité indépendante, Beijing considérant par ailleurs toujours Taïwan comme étant une région sécessioniste depuis 1949 et la fuite des troupes du Kuomintang sur l’île à la suite de la proclamation de la République Populaire de Chine. Il s’agit de plus ici d’une violation du consensus international voulant qu’il n’y ait qu’une seule Chine (Taïwan se nommant officiellement République de Chine, dans la continuité de celle abolie à l’instauration de la République Populaire de Chine).

Le constat est peut-être dur au bout d’une semaine, mais les attentes envers le président Biden sont légitimement énormes depuis son élection et ses nombreuses annonces de ruptures avec la politique, y compris internationale menée par son prédécesseur Trump. Comme nous avons pu le constater, il n’en est rien pour l’instant, les Etats-Unis ayant même vraisemblablement choisi d’ouvrir un nouveau front en Russie. Décidément, l’impérialisme américain restera toujours l’impérialisme américain…

Mathieu Raffini