Guerre coloniale en Palestine

L’ONU estime que 40 pour cent de la population de Gaza « risque la famine »

29 décembre 2023

Le nombre de Palestiniens tués par les attaques israéliennes sur la bande de Gaza est monté à 21.320, tandis que 55.603 blessés ont été enregistrés, ont indiqué jeudi les autorités sanitaires de Gaza. L’UNRWA a averti que l’enclave assiégée est « aux prises avec une famine catastrophique » alors qu’Israël continue de bombarder du nord au sud.

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens a averti qu’il n’y avait pas assez d’aide dans la bande de Gaza assiégée, laissant 40 pour cent de sa population « exposée au risque de famine » en raison des restrictions imposées par Israël à l’entrée des camions d’aide indispensables pour entrer dans l’enclave.
L’Office des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a renouvelé jeudi son avertissement selon lequel l’enclave assiégée est « aux prises avec une famine catastrophique », en réitérant ses appels à un « cessez-le-feu humanitaire » alors que les bombes israéliennes pleuvent sans arrêt du nord vers la partie sud de l’enclave.
« Chaque jour est une lutte pour survivre, trouver de la nourriture et trouver de l’eau », a déclaré Thomas White, directeur des affaires de l’UNRWA à Gaza, cité sur X. « La réalité est que nous avons besoin de plus d’aide. Le seul espoir qui reste est un cessez-le-feu humanitaire », a déclaré l’agence sur X.
Un « siège total » imposé par Israël depuis le début de la guerre le 7 octobre, et après des années de blocus paralysant, a privé les Palestiniens de Gaza de nourriture, d’eau, de carburant et de médicaments. Les graves pénuries n’ont été atténuées que sporadiquement par les convois d’aide humanitaire entrant principalement via l’Égypte.
La semaine dernière, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution sur une aide accrue à Gaza après des jours de retard, mais les groupes humanitaires et les défenseurs des droits ont qualifié la résolution de « terriblement insuffisante » et « presque dénuée de sens ».
Le dernier avertissement sévère de l’agence des Nations Unies sur la catastrophe humanitaire qui se déroule à Gaza est intervenu alors que les troupes israéliennes ont continué jeudi à bombarder lourdement le territoire, le centre des combats acharnés avec les combattants du Hamas se déplaçant progressivement vers le sud — où se réfugient des centaines de milliers de Palestiniens déplacés..
Les attaques aériennes et d’artillerie et les combats de maison en maison sont devenus les plus intenses dans la ville méridionale de Khan Younis. Ashraf al-Qudra, porte-parole du ministère de la Santé à Gaza, a fait état de plus de 200 morts « dont des familles entières » au cours des dernières 24 heures lors d’attaques à travers le territoire.
Plus de 80 pour cent des 2,4 millions d’habitants de Gaza ont été chassés de chez eux, selon l’ONU, et nombre d’entre eux vivent désormais dans des abris exigus ou des tentes de fortune à l’extrême sud, dans et autour de la ville de Rafah, près de la frontière égyptienne.

A la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?