Monde

La coût des importations de produits alimentaires augmente

Malgré une production et une offre importantes

Témoignages.re / 10 novembre 2017

Alors que les prix des produits alimentaires ont été globalement stables, le coût de l’importation des aliments devrait atteindre 1,413 milliard de dollars en 2017, soit une augmentation de 6 % par rapport à l’année précédente et le deuxième plus haut score enregistré, selon le dernier rapport sur les Perspectives alimentaires de la FAO publié jeudi.

JPEG - 70.3 ko

La facture d’importation la plus élevée est entraînée par une demande internationale accrue pour la plupart des denrées alimentaires ainsi que des taux de fret plus élevés. Les conséquences économiques et sociales des augmentations à deux chiffres des factures d’importation de produits alimentaires pour les pays les moins avancés (PMA) et les pays à faible revenu et à déficit vivrier (Pfrdv) sont particulièrement préoccupantes. « Des factures plus élevées ne se traduisent pas nécessairement par l’achat de plus de nourriture, car les coûts d’importation ont fortement augmenté », a déclaré l’économiste de la Fo, Adam Prakash.

176 milliards de dollars de viandes importées

Un communiqué de la Fao indique que les coûts d’importation plus élevés surviennent à un moment où les stocks sont robustes, les prévisions de récolte sont solides et les marchés des produits alimentaires restent bien approvisionnés. Alors que les tendances de la production sont globalement fortes, les prix moyens dans les transactions internationales peuvent masquer des tendances plus spécifiques, selon le communiqué.

Par exemple, alors que les prix internationaux du blé ont stagné, le blé dur roux des Etats-unis, une variété populaire de haute qualité contenant suffisamment de protéines pour fabriquer des nouilles et des pâtes, était 40 % plus élevé en juillet 2017 qu’il y a un an. Les variétés de riz aromatiques ont augmenté huit fois plus vite que l’indice FAO de tous les riz, qui est en hausse de 4 pour cent sur l’année. De même, l’indice des prix du beurre de la FAO a augmenté de 41 pour cent jusqu’à présent en 2017, soit plus de trois fois plus que l’indice des prix des produits laitiers dont il fait partie.
Les secteurs de l’élevage et des produits laitiers sont particulièrement dynamiques, a indiqué la FAO, qui ajoute que la facture d’importation de la viande atteindrait 176 milliards de dollars américains cette année, soit 22 % de plus qu’en 2016. Selon les prévisions, la production mondiale de lait devrait augmenter de 1,4 %, grâce à une forte expansion de 4 % en Inde, même si des réglementations environnementales et des contrôles de qualité plus stricts en Chine pourraient entraîner une contraction.

10 milliards de dollars de fruits tropicaux exportés

Le communiqué indique que la production mondiale d’huiles oléagineuses - les huiles végétales et les graisses animales sont les articles les plus importants dans les factures d’importation des Pfrdv - devrait augmenter légèrement cette année après la forte saison de l’an dernier. Mais la production mondiale de soja, en dépit d’un boom de plantation dans l’hémisphère nord, devrait diminuer à mesure que les rendements reviendront à des niveaux normaux après le temps presque optimal de l’année dernière. Les fruits tropicaux sont de plus en plus des stars du commerce mondial, avec des volumes d’exportation de mangues, d’ananas, d’avocats et de papayes en cours pour atteindre une valeur totale combinée de 10 milliards de dollars cette année, selon les Perspectives de l’alimentation.

Leur popularité est prometteuse en matière de lutte contre la pauvreté et de développement rural, car la quasi-totalité de la production a lieu dans les pays en développement, généralement par l’intermédiaire de petits exploitants de moins de cinq hectares.

La FAO estime que la production totale des quatre fruits pourrait atteindre 92 millions de tonnes cette année, contre 69 millions de tonnes en 2008. Actuellement, 95 % de cette production est consommée localement, mais l’augmentation des revenus et l’évolution des préférences des consommateurs stimuleront vraisemblablement les volumes d’exportation, surtout si la libéralisation des échanges et un meilleur accès au marché stimulent d’autres gains technologiques dans la distribution.

278 millions de tonnes de manioc récoltées

En plus de fournir des analyses détaillées de la production, du commerce et de la demande de céréales et d’oléagineux, les Perspectives alimentaires actualisent les tendances du manioc, l’une des cultures de base les plus dynamiques au monde et la troisième source de calories sous les tropiques, après le riz et le maïs. La production en Afrique subsaharienne pourrait atteindre un record cette année de 156 millions de tonnes, soutenue par divers programmes d’expansion commerciale visant à limiter la dépendance vis-à-vis des importations alimentaires dans la région.
Néanmoins, la production mondiale de cette racine devrait se contracter légèrement en 2017 - à 278 millions de tonnes - après deux décennies de croissance ininterrompue, en raison d’une combinaison des conditions de sécheresse, des prix déprimés et des changements politiques, selon la FAO.