Monde

La Réunion au cœur d’un nouveau monde

La démographie impose son dynamisme

Manuel Marchal / 21 septembre 2017

C’est en Afrique que la population augmentera le plus vite, a rappelé une étude de l’INED parue mercredi. Ce continent aura 1 milliard d’habitants en plus d’ici 2050, et 3 milliards supplémentaires en 2100. Comment notre île pourrait-elle s’en sortir en gardant toujours sa structure à l’origine du chômage massif et de l’absence de perspectives pour la jeunesse ?

JPEG - 51.6 ko

Cet extrait d’un article de « La Tribune » commentant la dernière étude de l’INED rappelle les changements qui se dessinent en raison de la démographie.

« La population mondiale poursuit sa croissance. Selon une étude publiée par l’Institut national d’études démographiques (Ined) ce mercredi, la démographie de la planète a été multipliée par 7 au cours des derniers siècles et devrait continuer à croître jusqu’à atteindre « peut-être 11 milliards à la fin du XXIe siècle ».

D’après cette étude biennale intitulée « Tous les pays du monde », ’l’un des grands changements à venir est le formidable accroissement de la population de l’Afrique ». Comptant 1,25 milliard d’habitants en 2017, les projections de l’Ined indiquent que le continent pourrait avoisiner les 2,5 milliards d’habitants en 2050, et la population pourrait être multipliée par plus de trois pour atteindre 4,4 milliards d’ici 2100, ceci malgré le sida.

Les projections pour l’Afrique ont été revues « un peu à la hausse » en raison « d’une baisse de la mortalité, notamment des enfants avec de gros progrès depuis 15 ans, et à une baisse de la fécondité plus lente que dans d’autres continents ». Enfin, même si l’Afrique subsaharienne possède le taux de mortalité des moins de 5 ans le plus élevé du monde (un enfant sur douze meurt avant son cinquième anniversaire), la région a accéléré entre 2000 et 2015 son rythme annuel de réduction de la mortalité des moins de 5 ans. Il était environ 2,5 fois supérieur sur la période 1990-2000 d’après un rapport de l’Organisation mondiale de la santé.

Des pays comme le Nigéria ou la République démocratique du Congo (RDC) devraient connaître une croissance démographique très élevée d’ici 2050 selon les chiffres publiés par l’organisme public. Le Nigéria pourrait par exemple passer de 190 millions d’habitants en 2017 à 411 millions en 2050.

Au niveau des pays, le classement mondial des pays les plus peuplés durant les trois prochaines décennies pourrait bien changer. Si la Chine (1,38 milliard d’habitants), l’Inde (1,352 milliard d’habitants) et les Etats-Unis (325 millions d’habitants) occupent les trois premières places du podium, l’Empire du Milieu pourrait bien être dépassé par le géant indien. D’après l’institut de recherches, l’Inde pourrait compter 1,67 milliard d’habitants d’ici 2050 dépassant largement la Chine avec 1,343 milliard la même année.

Cela signifie que plus du tiers de la population mondiale vivra en Afrique, le continent le plus proche de La Réunion. Ce sont 3 milliards d’habitants supplémentaires qui devront être accueillis au cours de ce siècle. Parmi les pays les plus proches de La Réunion, la Tanzanie verra sa population passer de 57 millions actuellement à plus de 150 en 2050, un triplement en trente ans. Ce sont des défis considérables. Une nouvelle carte du monde se dessine, et ce sont les pays les plus proches de La Réunion qui connaîtront les plus importants changements. Comment notre île pourrait-elle s’en sortir en gardant toujours sa structure à l’origine du chômage massif et de l’absence de perspectives pour la jeunesse ?

M.M.