Monde

13e Congrès du Parti communiste Vietnamien

Ary Yée Chong Tchi Kan / 30 janvier 2021

Le Parti communiste Vietnamien tient actuellement son 13e Congrès. Un total de 1587 délégués représentants plus de 5 millions de membres répartis dans tout le pays participent aux travaux qui ont débuté le 26 janvier et se terminera le 2 février.


Le 29 janvier, au 4e jour, le Premier Ministre Nguyen Xuan Phuc a demandé « d’accélérer les campagnes de suivi et de test pour diagnostiquer le virus Covid-19 afin d’assurer la célébration en toute sécurité du Nouvel An lunaire, qui tombe cette année, le 12 février. »

Dans ce pays de 100 millions d’habitants, le Parti Communiste, les autorités gouvernementales et la population marchent en confiance et n’ont pas peur des défis.

Imaginez le Traité RCEP (ou Partenariat régional économique global) signé le 15 décembre 2020, sous l’égide du Vietnam qui présidait l’ASEAN. C’est la plus importante zone de libre échange incluant 10 pays de l’Asean (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour,Thaïlande et Vietnam) et 5 nouveaux (Australie, Chine, Japon, Corée du Sud et Nouvelle Zélande). Le Vietnam est l’un des plus gros bénéficiaires de ce Traité qui va accélérer la construction d’un marché régional de 2 milliards d’habitants.

Malgré les différends avec la Chine, la vision historique l’emporte chez les communistes Vietnamiens. Le Parti communiste Chinois a adressé un message au Congrès. Nous retiendrons le paragraphe suivant (traduction non officielle) :

« Le Parti et le gouvernement chinois attachent une grande importance au développement des relations entre les deux Partis et les deux pays : Chine et Vietnam ; ils sont disposés à se joindre à la partie vietnamienne pour continuer et promouvoir l’amitié traditionnelle fondée et cultivée par des générations des dirigeants de deux pays suivant la devise ’’voisinage amical, coopération intégrale, stabilité durable, orientation vers l’avenir’’ et dans l’esprit de "bon voisinage, bonne amitié, bonne camaraderie et bon partenariat" ; persistent le respect de la conception commune conclues par les hauts dirigeants des deux Partis et des deux pays ; promeuvent le partenariat de coopération stratégique intégrale Chine - Vietnam, ce afin d’apporter plus d’avantages à deux pays et à deux peuples et de contribuer positivement à la paix, à la stabilité et au développement prospère de la région. »

Sur le plan sanitaire, il faut mettre à l’actif du PCV le résultat le plus brillant de la lutte contre le SRAS-COV-2 : 1553 personnes contaminées et seulement 35 décès ! A comparer avec la France (65 millions d’habitants) : 3 130 629 cas et 74 800 morts. La Réunion : 9843 cas et 45 décès.

Centenaire et pauvreté.

C’est auréolée de cette grande victoire que la nouvelle direction préparera le centenaire de la création du PCV, en 2030. A cette date, l’un des objectifs est « la sortie complète et durable de la pauvreté ».

« Selon le Comité directeur du programme national de réduction durable de la pauvreté pour la période de 2016-2020, il est facile pour certaines communautés de re-basculer dans la pauvreté, et l’écart entre riches et pauvres entre les régions et les groupes de population demeure élevé. Dans de nombreux endroits, le taux de pauvreté est toujours supérieur à 50%. Certains mécanismes et politiques spécifiques aux zones pauvres, montagneuses et de minorités ethniques sont inefficaces...

Face à cette situation, fin 2020, le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a adopté la promulgation d’un nouveau seuil de pauvreté pour la période 2021-2025. Cela permettra au Vietnam d’identifier plus précisément les bénéficiaires des politiques et programmes de réduction de la pauvreté et de sécurité sociale. C’est aussi une solution contre la pauvreté multidimensionnelle.

Le Premier ministre a demandé aux organismes concernés d’élaborer des politiques de réduction de la pauvreté à l’horizon 2030 afin de le soumettre au Politburo, au Secrétariat du Parti, et à l’Assemblée nationale. »

Hasard de calendrier, c’est au même moment que s’ouvre à Paris, le procès des sociétés impliquées dans l’épandage de l’agent orange, un produit toxique dénoncé par une citoyenne du Vietnam.

Ary Yée Chong Tchi Kan