Monde

Le COMESA « vers une intégration économique numérique »

Aux portes de La Réunion, un marché commun du 21e siècle se structure

Témoignages.re / 19 juillet 2018

La partie africaine de l’Accord de partenariat économique concernant La Réunion tient actuellement son sommet à Lusaka, capitale de la Zambie. Il s’agit du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), un ensemble de plusieurs centaines de millions d’habitants, aux frontières de notre île.

JPEG - 113.7 ko

Le 20e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) s’est ouvert ce mercredi dans la capitale zambienne, Lusaka, avec des discussions de haut niveau axées sur la transformation de l’économie régionale par l’adoption des technologies numériques et le renforcement de la valorisation de la production et de la création de valeur ajoutée.
Le président zambien, Edgar Lungu, qui a ouvert le Sommet, sur le thème « COMESA : Vers une intégration économique numérique », s’est déclaré convaincu que le bloc économique a pris la bonne décision de s’engager dans l’ère du numérique, comme le reflète le thème du sommet de cette année.

Le choix de la technologie

Ce thème a pour objectif de rallier les Etats membres à l’adoption sans restriction des technologies numériques. Le président Lungu a noté que la technologie s’est révélée comme le véritable catalyseur d’une croissance et d’un développement accélérés, quand les institutions, les ressources et les capacités adéquates existent.
« Nous devons ainsi relever le défi de mettre en place les structures de soutien et les ressources nécessaires pour s’assurer que nos économies ne soient pas à la traîne en cette ère du numérique », a soutenu le président zambien.
D’après le président Lungu, le COMESA doit conserver son rôle de leader et intensifier les efforts de création d’économies dynamiques dont les retombées seront réparties équitablement à travers la région et dans leurs pays respectifs.
"Notre objectif ne doit pas se limiter à aider des individus à se nourrir, mais à créer un environnement favorable qui permette à notre secteur privé de générer les financements nécessaires pour investir dans la création de valeur ajoutée et faire de notre région un centre de la distribution des produits manufacturés.
"Nous ne pouvons pas continuer à nous échanger des matières premières, tout en dépendant de marchés extérieurs au continent africain pour nous approvisionner en produits finis tirés de nos propres ressources issues de notre propre région », a ajouté le président.

Chileshe Kapwepwe secrétaire générale

La Tunisie et la Somalie devraient être admis comme nouveaux membres du COMESA, portant le nombre de ceux-ci à 21.
Le Sommet de deux jours a également désigné une nouvelle Secrétaire générale, suite à l’expiration du mandat de Sindiso Ngenya, qui quitte le COMESA après l’avoir servi pendant 10 ans. Il s’agit de Chileshe Kapwepwe, ancienne vice-ministre des Finances de la Zambie. Elle est actuellement présidente de la Zambia Revenue Authority (ZRA) et directrice exécutive d’une Organisation non-gouvernementale appelée « Imiti Ikula Empanga ». Elle a également occupé le poste d’administrateur suppléant du FMI à Washington.
Le chef de l’Etat malgache, Hery Rajaonarimampianina, est l’actuel président en exercice du COMESA. Il a lancé officiellement le Rapport annuel du COMESA (2016/2017).
Des chefs d’Etat étrangers assistent au sommet, dont celui du Kenya, Uhuru Kenyatta et du Malawi, Peter Wa Mutharika. Sont également présents, le Premier ministre du Royaume d’eSwantini, ex-Swaziland, Barnabas Sibusiso Dlamini et le vice-président soudanais, Hasabo Mohammed Abdelrahman.