« Un peuple est en train de disparaître : que fait l’État français ? »

Le Mouvement réunionnais pour la Paix demande que l’État agisse pour inculper Israël de génocide à Gaza

10 janvier

Hier à Saint-Louis, le Mouvement réunionnais pour la Paix a interpellé la président de l’Assemblée nationale en visite à La Réunion. Le MRP a remis à Yaël Braun-Pivet un courrier demandant que Paris suive l’exemple de l’Afrique du Sud et saisisse la Cour internationale de justice pour que cessent les crimes perpétrés par une armée coloniale à Gaza. Voici le communiqué du Mouvement réunionnais pour la Paix et le contenu du courrier remis par Julie Pontalba, présidente du Mouvement réunionnais pour la Paix.

« Nous étions une vingtaine de manifestants pacifique de la cause palestinienne, rassemblée ce jour à 14h, devant le rond-point de l’usine du Gol à Saint-Louis, où la présidente de l’Assemblée Nationale était attendue.

Celle qui était venue à La Réunion pour « rencontrer les élus et citoyens » dans le cadre de « la politique d’ouverture de l’Assemblée Nationale », n’a pas souhaité nous rencontrer. Qu’à cela ne tienne ! Elle a quand même accepté de recevoir notre courrier par l’intermédiaire de l’agent de la Police Nationale et a nous avons pu lui exprimer notre soutien au peuple palestinien qui subit actuellement une guerre génocidaire.

Dans notre courrier, nous lui demandons, à l’instar d’autres pays, d’appuyer la requête de l’Afrique du Sud auprès de la Cour internationale de Justice (CIJ) contre Israël pour violation de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide à Gaza.
La France ne peut pas rester inactive pendant qu’en 90 jours plus de 30 000 personnes ont été tuées dont une majorité d’enfants et de femmes.
Vous trouverez notre courrier ci-joint.

Enfin, nous avons appelé l’ensemble de nos sympathisants à suivre l’appel de l’Association France-Palestine-Solidarité, en envoyant individuellement un courrier aux différents représentants de l’État français — le modèle étant fourni. »

Objet : Faites inculper Israël de génocide devant la Cour internationale de justice !

Madame la Présidente de l’Assemblée Nationale Française,

Vous êtes la représentante des députés, élus du peuple. A ce titre, vous venez à La Réunion, « pour rencontrer les élus et citoyens » dans le cadre de « la politique d’ouverture de l’Assemblée Nationale ».
Vous arrivez dans le contexte de la guerre menée par Israël en Palestine. Les Réunionnais sont choqués par les images d’enfants, de femmes, d’innocents tués massivement par les dirigeants de cet État. Ils le sont encore plus par l’inaction des autres États, dont la France. Comme vous le savez, à La Réunion, nous avons signifié notre soutien aux Palestiniens par de multiples manifestations. Il en est de même dans le monde entier. Cependant, nous sommes témoins du silence de l’État français, après un soutien appuyé à Israël, État génocidaire et tueur d’enfants.
Pendant ce temps, l’Afrique du Sud a été pro-active. Elle a déposé une plainte auprès de la Cour Internationale de Justice pour violation de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide à Gaza. Cette requête est déjà soutenue par de nombreux pays ; la France gagnerait à s’associer à cette initiative. La France doit aider à mettre fin aux assassinats d’enfants et de femmes dont l’objectif criminel affiché est d’empêcher le renouvellement de la population.

Madame la Présidente,
Nous vous demandons instamment d’invoquer immédiatement la Convention sur le génocide au nom de notre pays devant la Cour internationale de justice (CIJ) afin de mettre un terme à l’anéantissement et au génocide perpétrés par Israël à Gaza.
Les parties à la Convention sur le génocide sont TENUES d’agir pour prévenir le génocide ; l’action doit donc être IMMÉDIATE. Une déclaration d’intervention déposée auprès de la CIJ à l’appui de l’affaire sud-africaine contre Israël est un moyen de garantir que tous les actes de génocide cessent et que les responsables soient tenus de rendre des comptes.
L’imposition par Israël d’une punition collective à Gaza, en bombardant sans relâche les civils, en privant une population d’eau, de nourriture, de médicaments et de carburant — rendant la vie invivable — répond aux critères du crime de génocide.
L’Afrique du Sud est exemplaire. Elle a engagé cette procédure le 29 décembre 2023. Au nom des plus de 30 000 morts, 51 000 blessés, 1,9 million de personnes déplacées de force et déracinées et, dans 70 % des cas ce sont des enfants et des femmes.
Au nom du Mouvement Réunionnais Pour la Paix, nous vous demandons instamment de déposer immédiatement une déclaration d’intervention à l’appui de la plainte déposée par l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de justice, afin de mettre un terme aux massacres en Palestine.
Nous vous prions d’agréer, Madame la Présidente de l’Assemblée Nationale Française, l’expression de nos salutations distinguées.

Le 9 janvier 2024,
A Saint Denis.
A la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?