Monde

Le premier câble reliant l’Afrique à l’Amérique du Sud est posé à 75 %

South Atlantic Cable System commence l’installation en eaux profondes

Témoignages.re / 9 novembre 2017

JPEG - 11.6 ko

Premier lien direct entre l’Angola et le Brésil, le SACS devrait être complètement opérationnel avant la mi-2018. La phase d’installation en eaux profondes va durer 90 jours, pendant lesquels 6 200 km de câble seront posés à des profondeurs allant jusqu’à 5 000 m.

Le South Atlantic Cable System (SACS), le premier système de câbles sous-marins de l’Atlantique Sud est dans la dernière phase d’installation entre l’Afrique et l’Amérique du Sud. Angola Cables, la société qui supervise l’installation et l’exploitation du SACS, et NEC Corporation, un intégrateur japonais de systèmes de câbles en fibre optique de haute qualité, ont fait appel à Orange Marine, une société qui est également renommée pour ses câbliers et qui va bientôt commencer la pose de ce câble dans les eaux profondes.

Pose achevée à 75 %

Selon António Nunes, le PDG d’Angola Cables : « Lorsque la pose du SACS sera terminée, grâce à l’infrastructure complémentaire créée par les câbles WACS et Monet, il y aura un changement de paradigme dans le transport de données pour les télécommunications du monde entier. Lorsque le SACS sera en place, les clients grossistes qui achètent de la bande passante entre les continents verront leur latence s’améliorer de 500 %, et ils auront un meilleur accès à l’Amérique, l’un des plus gros producteurs et agrateurs de contenus et de services numériques. »

« Le SACS offre à l’Angola de devenir l’un des hubs de télécommunications de l’Afrique subsaharienne. Les investissements réalisés dans les systèmes de câbles et les centres de données sous-marins créent des ponts numériques qui rapprochent les continents et, en plus, qui améliorent l’accès aux principaux circuits de télécommunications internationales. Nous nous attendons à divers avantages économiques pour l’Afrique et pour les autres régions où notre réseau existe, avec un effet domino incluant de nouveaux investissements en provenance des entreprises technologiques qui ont besoin de hauts niveaux de connectivité. »