Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > International > Monde

"Le racisme, la xénophobie et l’islamophobie atteignent un niveau intolérable"

Internvetion à l’ONU du président turc Recep Tayyip Erdogan

mercredi 20 septembre 2023


Le président turc Recep Tayyip Erdogan a de nouveau dénoncé les pays européens, où ont eu lieu des profanations et autodafés de Coran. Il a estimé que ces attaques contre l’islam avaient atteint un niveau "intolérable".


En Suède, un réfugié irakien en Suède, Salwan Momika, a déclenché une vague d’indignations internationales en juin en brûlant et piétinant le Coran devant la plus grande mosquée de Stockholm au premier jour de l’Aïd al-Adha.

L’Irak a récemment demandé à la Suède son extradition, après avoir condamné les profanations du Coran. De son côté, le président Erdogan met depuis des mois la pression sur la Suède pour qu’elle prenne des mesures contre ces profanations.

Ces prises de position ont lieu dans un contexte de fortes tensions entre la Turquie et la Suède. Ankara a fini en juillet, après 14 mois de blocage, par lever son veto à l’adhésion de la Suède à l’OTAN.

Lors de son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU à New York, le président turc a estimé que "le racisme, la xénophobie et l’islamophobie" dans des pays européens qu’il n’a pas cités avaient "atteint un niveau intolérable".

Accusant "des politiciens populistes de nombreux pays de continuer à jouer avec le feu", M. Erdogan a jugé que "les attaques ignobles en Europe contre le Coran (...) assombrissaient l’avenir" du Vieux continent.

En mars 2023, un "Rapport européen sur l’islamophobie 2022", a été publié par Enes Bayrakli, enseignant à l’université turco-allemande et Farid Hafez, enseignant à l’université de Georgetown.

Le rapport est soutenu par un bon nombre d’instituts et d’organisations aux États-Unis et en Europe, et concerne plusieurs sujets allant de l’impact de la guerre russo-ukrainienne, le développement de la législation aux mesures antimusulmanes dans des pays tels que l’Autriche et la France, et les incidents anti-islamiques et anti-immigrés dans les pays européens.

En France, la pression sur la population musulmane s’est accrue : 1727 institutions islamiques ont été mises sous contrôle, 118 institutions autres ont été fermées et 10 millions d’euros ont été saisis entre janvier et août 2022.

Le "plan de laïcisation" touche la tenue vestimentaire des femmes et des jeunes filles musulmanes, obligeant les enseignants et les administrateurs à identifier, à signaler et à déposer des plaintes disciplinaires contre les jeunes filles portant des jupes trop longues. En septembre 2023, le gouvernement français a interdit le port d’un vêtement non religieux, appelé abaya, estimant qu’il représente une confession religieuse.

Selon un rapport publié par le Collectif contre l’islamophobie en Europe, 501 plaintes ont été déposées en 2022, dont la majorité portait sur la discrimination et l’insulte. Des infractions ont également été commises dans le cadre de la lutte contre l’extrémisme.

Les hommes politiques du pays tentent également d’influencer les électeurs par leur rhétorique contre les musulmans. Le rapport cite à titre d’exemple le discours d’Éric Zemmour, homme politique d’extrême droite, adressé à la police et dans lequel il déclare que "la police est en guerre contre les Français musulmans et les immigrés des régions sous-développées".

En Belgique, le ministre de la justice Vincent Van Quickenborne a menacé l’un des imams de la Grande Mosquée de Bruxelles de supprimer le financement de l’État s’il ne démissionnait pas. Le ministre a également annulé la licence du Conseil exécutif des Musulmans de Belgique (EMB), en invoquant "l’ingérence de puissances étrangères".

Au Danemark, les enfants d’immigrés musulmans sont séparés de leurs familles 35 heures par semaine et suivent un enseignement fondé sur les "valeurs danoises". L’interdiction du port du voile a été mise à l’ordre du jour dans le pays, selon le rapport.

Selon une enquête menée par l’Institut danois des droits de l’homme en mars 2022, les migrants sont 27% plus susceptibles que les Danois d’être détenus par la police, et les enfants de migrants ont 45% de plus de probabilités d’être détenus.

Selon les statistiques publiés par la police du pays, 521 crimes de haine ont été commis en 2021. Si les croyances des individus et des institutions ont été visées dans 164 d’entre eux, les musulmans constituaient environ 40% des personnes victimes d’attaques. De plus, sur les 792 crimes de haine commis au Danemark entre 2017 et 2021, 389 ont été commis contre des musulmans.

En Autriche, le siège de l’Union autrichienne de solidarité culturelle et sociale turco-islamique (Atib) a été attaqué en 2022. Les fenêtres du siège ont été brisées et des mots hostiles à l’islam ont été inscrits sur les murs de la Mosquée verte.

En Finlande, selon un rapport publié par la police finlandaise, les crimes de haine ont augmenté en 2021 pour la première fois depuis 2017, les musulmans représentent le groupe le plus exposé aux crimes de haine.

En Allemagne, selon la déclaration de la police allemande, 58% des minorités ont indiqué avoir été exposées au racisme à un moment ou à un autre de leur vie. 364 crimes contre les musulmans ont été enregistrés en 2022, dont 26 attaques contre des mosquées. Selon l’enquête 2022 de l’Autoritarismus-Studie de Leipzig, qui mène des études sur la xénophobie, la démocratie et l’autoritarisme, 70,2% des participants préconisent une interdiction des immigrants musulmans, tandis que 79,3% d’entre eux se sentent étrangers en Allemagne.

Aux Pays-Bas, selon les statistiques annoncées par la police, 67% des attaques contre la religion ont été commises contre des musulmans. Les lieux de culte des musulmans ont été fréquemment attaqués et des groupes anti-islamiques ont brûlé des barbecues autour des lieux de culte pendant le Ramadan. 39 des 63 personnes qui ont déclaré avoir été victimes de discrimination au travail étaient musulmanes, et 26 des 30 personnes qui ont déclaré avoir été victimes de discrimination à l’école étaient également musulmanes.

En Espagne, le pays connait une augmentation des discours islamophobe et raciste sur les médias sociaux, selon le rapport de l’Observatoire espagnol du racisme et de la xénophobie. Selon les recherches menées par cet Observatoire en juillet-août 2022, la rhétorique contre l’islam représente 20% du total des discours de haine utilisés sur les médias sociaux dans le pays, contre 14,7% l’année précédente.

Au Royaume-Uni, selon la déclaration du gouvernement britannique, entre mars 2021 et mars 2022, le nombre de crimes commis contre des musulmans en Angleterre et au Pays de Galles a augmenté de 26% par rapport à l’année précédente. La même déclaration indique que 3 459 des 8 730 crimes contre la religion sont des crimes contre des musulmans et qu’au moins 35% des plus de 1 800 mosquées du pays sont attaquées au moins une fois par an. Environ la moitié des attaques contre les musulmans étaient des attaques contre des bâtiments et des vols, tandis que 17% visaient des personnes dans des bâtiments.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus