Monde

Le SACP s’adresse aux progressistes pour ne pas « retourner à la crise d’avant la crise »

Coronavirus en Afrique du Sud

Mathieu Raffini / 4 mai 2020

Bien que de nombreuses victoires aient pu être obtenues par le peuple sud-africain au cours des 26 dernières années, soit après la fin de l’Apartheid et le début du gouvernement d’alliance ANC-SACP-COSATU, le chemin reste toutefois encore long avant d’atteindre la pleine liberté et l’émancipation sociale totale.

JPEG - 95.2 ko

En ces temps doublement historiques pour l’Afrique-du-Sud de cette commémoration et de la crise du COVID-19, le SACP porte des propositions pour ressortir la tête haute de la crise et ne plus retourner, une fois celle-ci finie à celle connue auparavant, la crise continue du chômage de masse, de la pauvreté et des inégalités.
Les communistes Sud-Africains proposent de tracer une nouvelle voie politique, non basée sur les oligarques ou le néo-libéralisme, mais bien sur les valeurs que sont la solidarité, le bien-commun et le non-profit.
Cette crise du coronavirus, qui est une crise sanitaire, sociale et économique impose de repenser tous les modèles. En effet, elle ne fait qu’accentuer les inégalités existantes, qui touchent particulièrement les travailleurs et les plus précaires, urbains ou ruraux.
En ce sens, le rôle de l’Etat est prépondérant dans la bataille contre le COVID-19, notamment dans le domaine de la santé, où des États avec un système de santé efficace se retrouvent à l’avant-garde de la lutte contre la pandémie (Cuba, Kerala). Il l’est également dans la création d’une sécurité sociale, qui est en Afrique du Sud un projet attaqué par les libéraux, alors même que l’on voit à quel point elle est nécessaire en temps de crise.
De plus, l’Etat est également important dans la défense des travailleurs et des précaires, où, si des mesures ont été prises en ces temps de crise, un travail de fond est nécessaire.
Cela passe par la lutte contre le chômage de masse et de la pauvreté, cette dernière touchant 56 % de la population en Afrique du Sud. Ces inégalités doivent également être combattues sous le prisme de la lutte contre les discriminations raciales et de genre, étant donné qu’en Afrique du Sud les plus touchées par le chômage de masse et la pauvreté sont les femmes noires.
L’analyse de ces inégalités doit se faire dans le contexte de cette pandémie, et l’après COVID-19 doit nous permettre de lutter contre ces dernières.

Propositions des communistes

Le SACP propose un programme économique en plusieurs points.
Tout d’abord, une taxation plus importante du capital, grâce à la levée de nouveaux impôts, notamment sur la fortune.
Par la suite, ils invitent leurs camarades de l’Alliance au gouvernement de miser sur la production nationale pour le développement économique et social afin de lutter contre la pauvreté ainsi que pour la création d’emplois. Cela devra s’accompagner de la réindustrialisation du pays, de financements publics sur les infrastructures ainsi que pour les entreprises publiques.
Si la situation est bien évidemment différente de celle que l’on connaît, on peut néanmoins voir que sur bien des points, des analyses et propositions peuvent être mises en parallèle avec la situation réunionnaise.
Partant de ce constat, il semble plus que temps de réunir les forces de progrès de notre pays afin de définir notre projet commun et nous voir renforcés après cette crise sanitaire et sociale mondiale.

Mathieu Raffini