Monde

Manifestation contre le « chef de file de l’impérialisme français » au Burkina Faso

Visite d’Emmanuel Macron en Afrique de l’Ouest

Témoignages.re / 28 novembre 2017

Le collectif syndical CGT-B, principale plateforme syndicale du Burkina Faso, a appelé dimanche ses militants à manifester lundi contre l’arrivée du président français Emmanuel Macron à Ouagadougou.

JPEG - 37.1 ko

Dans une déclaration publiée dimanche, les syndicats burkinabè estiment que « cette visite du chef de file de l’impérialisme français intervient dans le contexte national post-insurrectionnel des 30 et 31 octobre 2014 et de la résistance populaire et victorieuse au putsch du 16 septembre 2015, putsch soutenu à l’époque par l’impérialisme français qui menaçait quiconque s’opposerait au plan machiavélique dit de sortie de crise de la CEDEAO (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) pour maintenir les putschistes au pouvoir ».

Fermer les bases françaises

Pour ce faire, ils appellent ses militants « à élever leur niveau de conscience syndicale et politique en vue de poursuivre la lutte contre l’impérialisme, notamment français, pour le pain, la liberté et le progrès social véritable ».

Dans leur déclaration, ils exigent le démantèlement des bases militaires impérialistes dont celles de la France au Burkina Faso car elles sont source d’insécurité et hypothèquent les possibilités d‘indépendance véritable du Burkina Faso ainsi que l’extradition de François Compaoré, frère cadet de l’ex-président Blaise Compaoré pour qu’il réponde de ses actes devant la justice burkinabé.

Ecoles fermées

Face aux menaces de manifestation des étudiants et élèves à la venue du président français Emmanuel Macron à Ouagadougou, lundi, le gouvernement burkinabé a décidé de la fermeture des écoles durant le séjour de ce dernier, a-t-on appris samedi de source officielle.

« Le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation informe les parents, les enseignants et les élèves et toute la communauté éducative de la Commune de Ouagadougou que les établissements scolaires, publics et privés sont fermés les lundi 27 et mardi 28 novembre 2017. Les cours reprennent le mercredi 29 novembre 2017 », souligne un communiqué officiel du gouvernement.

Société civile, étudiants et élèves sont vent debout contre l’arrivée du président Français à Ouagadougou.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Bonjour, je lisais votre article et je suis un peu surpris de la différence de vos infos parce c’est loin de ce que nous présente les médias français télévisuels et une grande majorité de la presse écrite et/ou radios .C’est vrai que le pluralisme en France a bien vécu Depuis longtemps .Ce pluralisme est decimé AUJOURD HUI à cause de l’achat de la part de gros financiers de la majorité des titres de journaux ou TV /radios y compris le service public audiovisuel qui relaye la parole Elyséenne .. Sauf à quelques exceptions près.
    Cordialement bc

    Article
    Un message, un commentaire ?