Monde

Mouvement Réunionnais pour la Paix et l’Afghanistan : « En finir avec l’expansion militaire »

Mettre fin à la course aux armements pour lutter contre la faim et la pauvreté

Julie Pontalba / 18 août 2021

« Le Mouvement Réunionnais pour la Paix constate une nouvelle fois que les conflits armés ne règlent rien. »

JPEG - 44.1 ko

En 2001, une coalition des armées les plus puissantes au monde bombarde l’Afghanistan, chasse le gouvernement en place et s’installe à demeure. En 2021, les envahisseurs décident de se retirer et les évènements s’accélèrent avant même leur retrait définitif. Les États-Unis et des forces de l’Otan sont encore une fois responsables des scènes terribles de désespoir qui occupent les écrans.

Au-delà des émotions, il faut mettre fin à la course aux armements, notamment l’arme nucléaire, aux bases militaires et à leurs entretiens qui consomment des sommes colossales des Etats. Programmons la fin de l’expansion militaire.

Les économies réalisées serviront à éradiquer la faim et la pauvreté, financer la scolarisation des enfants, affronter les maladies nouvelles, se préparer aux bouleversements climatiques et à la transition écologique nécessaire.

Comme dans tous les domaines et en particulier au niveau des États, les différends doivent être traités par le dialogue et la diplomatie dans un esprit d’humanité. A ce titre, nous rappelons que c’est pour installer une base militaire à Diégo-Garcia que le peuple Chagossien a été expulsé de ses îles natales.

Considérant l’actualité en Afghanistan, considérant l’absolue nécessité d’agir désormais autrement, le Mouvement Réunionnais pour la Paix appelle les États-Unis et l’Angleterre à organiser d’urgence le retour humanitaire des exilés Chagossiens sur leur terre. C’est un peuple pacifique. Il s’agit de mettre fin à 60 ans de souffrance et procéder au retour des cendres des défunts qui ont réclamé une sépulture auprès de leurs ancêtres et parents.

C’est le moment d’agir !

Saint Denis, le 17 août 2021,

Pour le Mouvement Réunionnais pour la Paix,
la présidente,
Julie Pontalba