Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > International > Monde

Mozambique : 780.000 réfugiés fuient la guerre

Crise des réfugiés aux portes de La Réunion, dans un pays d’origine de nombreux ancêtres des Réunionnais

mardi 29 mars 2022


Une violente guerre au Mozambique causée par l’irruption des djihadistes dans le nord de Cabo Delgado a contraint des centaines de milliers de personnes à fuir leurs villes et villages. La majorité des réfugiés vivent maintenant dans les maisons surpeuplées de famille ou d’amis qui ont ouvert leurs portes même s’ils sont presque aussi pauvres que ceux qu’ils hébergent. Ce drame se situe aux portes de La Réunion, mais est beaucoup moins médiatique que celui qui touche actuellement les migrants de nationalité ukrainienne accueillis à bras ouverts par les dirigeants de l’Union européenne.


Plus de 780 000 personnes ont fui l’insurrection qui dure depuis près de cinq ans. Le djihadisme a prospéré dans une région dotée d’importantes richesses naturelles alors que la population reste très pauvre.
L’intervention militaire l’année dernière des troupes du Rwanda et du bloc régional d’Afrique australe, envoyées pour soutenir les forces de sécurité mozambicaines, a d’abord dispersé les djihadistes. Mais ils se sont regroupés depuis, re-terrorisent les communautés, et le nombre de personnes fuyant les zones rurales augmente à nouveau.

« Il s’agit toujours d’une urgence importante », a déclaré Laura Tomm-Bonde, chef de mission de l’Organisation internationale pour les migrations. « Cela ne va pas disparaître et ne fera qu’empirer. »

Manque de financement pour aider les réfugiés

Plutôt que les camps officiels de « relocalisation » du gouvernement, plus des deux tiers des personnes déplacées se sont installées dans la communauté locale. Ils s’inscrivent auprès de comités de quartier, liés au parti au pouvoir, le FRELIMO, qui supervise le suivi et la distribution de l’aide.
Le gouvernement a mis en place 80 sites officiels de « relocalisation » qui abritent environ un tiers de toutes les personnes déplacées. Les centres de relocalisation ruraux généralement petits comme Nacaca, dans le sud de Montepuez, offrent un espace aux nouveaux arrivants pour construire des maisons, en utilisant du bambou pour les toits et des murs construits en torchis et torchis, avec de minuscules parcelles adjacentes pour les jardins potagers.
Les retards de distribution ne sont pas uniquement liés aux comités. Depuis le milieu de l’année dernière, le Programme alimentaire mondial, le principal fournisseur d’aide, n’a pu fournir que des demi-rations, affectant à la fois les transferts alimentaires et les transferts monétaires. En janvier et février, il était presque revenu à des rations complètes, mais de nouvelles ruptures sont à craindre cette année en raison du sous-financement des donateurs.

Les réfugiés ont fait doubler la population de la ville de Pemba

Les déplacés doivent également faire face à un certain ressentiment local. L’afflux de 150 000 personnes à Pemba a presque doublé la population d’avant-guerre de la ville. Les loyers sont en hausse, les prix des denrées alimentaires ont augmenté et des services publics déjà fragiles sont aux prises avec le fardeau supplémentaire, aggravant les difficultés pour les communautés d’accueil tout aussi affamées.
Éloignée et négligée, Cabo Delgado est l’une des régions les plus pauvres du Mozambique, malgré ses richesses minérales. La plupart des personnes déplacées, pour la plupart des pêcheurs et des agriculteurs, espéraient trouver du travail dans des villes comme Pemba. Mais la guerre et la crise économique causée par la pandémie de COVID-19, a ruiné ces espoirs.


Les réfugiés qui fuient la guerre près de La Réunion restent dans leur pays pour rechercher un abri.



Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus