Monde

RD Congo : des millions réfugiés

Le pays le plus touché par les déplacements de population

Témoignages.re / 9 décembre 2017

Selon un rapport publié mercredi par le Centre de contrôle des déplacements internes (IDMC), nulle part plus de personnes n’ont été forcées de fuir au cours des six premiers mois de cette année qu’en République démocratique du Congo (RD Congo).

JPEG - 11.6 ko

« C’est une méga crise. L’échelle des personnes fuyant la violence est en dehors des graphiques, dépassant la Syrie, le Yémen et l’Irak », a déclaré Ulrika Blom, directeur national du Conseil norvégien pour les réfugiés (CNR) en RDC. Les chiffres publiés mercredi par le nouveau rapport de l’IDMC sur l’Afrique révèlent une sombre réalité à l’intérieur du pays. Selon les Nations Unies, plus de 1,7 million de personnes ont fui leurs foyers cette année à cause de l’insécurité, soit en moyenne plus de 5 500 personnes par jour. Cela porte le nombre total de personnes déplacées à plus de quatre millions. « Pour la deuxième année consécutive, la République démocratique du Congo est le pays le plus touché par les déplacements du fait des conflits dans le monde. Les communautés de la RDC sont en train d’être bousculées - par un conflit brutal et une crise politique qui s’aggrave », a déclaré Blom.

Les principales raisons de l’augmentation des déplacements incluent de nouveaux conflits armés et une augmentation du conflit existant dans les zones instables. Le rapport de l’IDMC signale des retards dans la tenue de l’élection présidentielle en raison de la recrudescence de la violence. Les provinces du Kivu, du Kasaï et du Tanganyika sont les épicentres actuels de la violence dans le pays, a déclaré le NRC, une organisation humanitaire internationale. « Ce que nous avons vu de première main dans la province du Tanganyika est au-delà de l’horreur. La semaine dernière, nous avons trouvé une église abritant plus de 80 personnes qui avaient fui les attaques en septembre - des familles entassées dans une misère absolue. Les enfants dorment sur un sol humide, finement couvert de sacs de sucre vides. Quatre personnes sont mortes depuis l’arrivée de cette communauté, dont deux enfants », a déclaré M. Blom.

La violence a empêché de nombreuses familles d’accéder à la terre et de maintenir leurs moyens de subsistance. Quelque 7,7 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire grave, soit 30 % de plus par an. Le manque d’accès à l’eau potable a provoqué une épidémie de choléra qui a tué quelque 600 personnes.

Malgré l’activation par l’ONU de sa plus haute urgence de niveau 3 pour le pays en octobre, peu d’argent ou de ressources ont coulé pour répondre à la crise. Aujourd’hui, la République démocratique du Congo est la deuxième plus faiblement soutenue des plus grandes crises mondiales. Moins de la moitié des 812 millions de dollars nécessaires pour aider 8,5 millions de personnes ont été reçues jusqu’à présent.

« La fatigue des donateurs, le désintérêt géopolitique et les crises récurrentes ont poussé la RD Congo loin dans la liste des priorités de la communauté internationale. Cette tendance meurtrière est au détriment de millions de Congolais. Si nous ne parvenons pas à nous lever maintenant, la faim de masse se répandra et les gens mourront. Nous sommes dans une course contre la montre », a déclaré Blom.

_