Consolidation de la paix

Afrique centrale : vers une stratégie de lutte contre les discours de haine et d’incitation à la violence

3 février

Du 30 au 31 janvier 2024, Bangui, la capitale de la République centrafricaine, a accueilli un Forum régional réunissant les Ministres de la Communication, de l’Information, des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, ainsi que des Médias de la Commission Économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC).

Avec la participation d’experts en provenance du Rwanda, du Cameroun, de la République démocratique du Congo, du Congo, du Tchad, du Burundi, de l’Angola, de Sao Tomé et Principe, de la Guinée Équatoriale et de la République centrafricaine, cette session a permis la pré-validation de la stratégie régionale et du plan d’action visant à prévenir et à répondre aux discours de haine et à l’incitation à la violence en Afrique centrale. Le Forum a bénéficié du soutien de la MINUSCA et de l’UNOCA.

Le projet de stratégie régionale et de plan d’action, adopté à l’issue d’un Forum tenu du 21 au 24 juin 2022 à Kinshasa, en République démocratique du Congo, offre une compréhension approfondie des concepts, notamment la distinction entre les discours de haine et l’incitation à la violence. Il souligne également l’importance de se conformer aux normes internationales en matière de droits de l’homme, en particulier le droit à la liberté d’opinion et d’expression.

La stratégie propose des outils appropriés pour aborder collectivement et coordonné ce phénomène. « Ce document résulte d’un processus débuté à Kinshasa et aujourd’hui en Centrafrique, nous avons validé un document qui concerne essentiellement la lutte contre les discours de haine, la violence et l’incitation à la guerre », a souligné l’Ambassadeur Vestine Nahimana, Présidente du Conseil national de la communication de la République du Burundi.

Face à la menace considérable que représentent les discours de haine pour la paix mondiale, le Premier ministre Félix Moloua a affirmé que « seule la mutualisation des moyens et des intelligences, converties ou agrégées dans une stratégie commune, constitue la meilleure solution ».

Selon Joanne Adamson, Cheffe adjointe de la MINUSCA, « l’organisation de ce forum à Bangui témoigne de l’engagement de la région et du gouvernement centrafricain à défendre et soutenir les valeurs nécessaires à la création d’un environnement propice à la consolidation de la paix, la sécurité et la promotion des droits de l’homme dans la région ».

La prochaine étape sera la validation finale de la stratégie par les instances dirigeantes de la CEEAC avant sa vulgarisation par les États membres. Bujumbura, au Burundi, accueillera une rencontre similaire après Bangui.

A la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?