Monde

Vivre zen pour mieux agir

“Alon filozofé” ... !*

Roger Orlu / 15 juin 2007

Le 11 mai dernier, “Témoignages” a présenté un inventaire très varié mais non-exhaustif de différentes associations réunionnaises impliquées dans l’organisation de conférences-débats invitant les citoyens à s’adonner à la réflexion philosophique. C’est un travail qui mérite d’être encouragé car il permet à la population de s’approprier la philosophie afin de faire vivre et d’enrichir le patrimoine culturel réunionnais déjà fort de sa diversité. Il permet également de perpétuer ses traditions et son potentiel de résistance à la pensée dominante. Trois conférences organisées récemment à Saint-Denis illustrent l’importance de ce travail. La première s’est déroulée le 31 mai au siège de la Mutualité de La Réunion, à l’initiative de l’Université Solidaire du Seniors Club Mutualiste, sur le thème : “Le Bouddhisme, religion ou philosophie ?”. Animée par José Naud, cette conférence a permis de montrer toute la richesse de la pensée bouddhiste à travers le monde. Une pensée qui vise à “l’éveil”, c’est-à-dire à « une vision du monde, un jugement, une parole, une action, un mode de vie, un effort, une attention et une méditation justes ». La seconde conférence s’est déroulée à l’ancien hôtel de ville de Saint-Denis dans le cadre des “Itinéraires Dionysiens” le 7 juin sur “le Bouddhisme zen” avec le Maître Jacques Brosse. Cet homme d’une grande sagesse a exposé les nombreuses vertus de la méditation bouddhique japonaise, qui aide ses pratiquants à une meilleure “compréhension du monde” et à trouver « le sens de l’action juste ». Citons enfin, dans un tout autre registre, la conférence donnée par le professeur d’économie Géry Dumoulin le 9 juin lors de la série des “Rencontres de Bellepierre” consacrée cette année à “La philosophie et la politique”. Ce samedi matin, dans l’amphithéâtre du lycée dionysien, ont été analysées et débattues les conséquences de la mondialisation sur les politiques économiques nationales. L’exposé de l’enseignant et les échanges qui ont suivi mirent en évidence l’ampleur de la tâche qui incombe aux citoyens s’ils veulent que « l’économie serve au maximum le bien-être collectif, y compris celui des générations futures ». Alors, continuons à philosopher pour vivre zen et agir mieux...

Roger Orlu

* Envoyez vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble...! temoignages@wanadoo.fr