Moyen-Orient et Afrique du Nord

4.000 enseignants universitaires ont quitté la Tunisie

Fuite des cerveaux

Témoignages.re / 5 janvier 2018

Au total, 4.000 enseignants universitaires tunisiens ont émigré à l’étranger et 80 % comptent aussi quitter le pays, selon une étude réalisée par l’Union des professeurs universitaires chercheurs tunisiens (IJABA), et publiée par son coordinateur général national, Najmeddine Jouida.

JPEG - 11.6 ko

Dans une déclaration faite mardi, M. Jouida ajouté que le secrétariat d’Etat chargé de la Migration et des Tunisiens à l’étranger classait aussi les universitaires et les chercheurs au premier rang des compétences tunisiennes qui partent à l’étranger avec un taux de 24 % sur un total de 80 % des compétences tunisiennes émigrantes. Selon la même source, les professeurs universitaires sont accablés par les multiples prélèvements sur leurs salaires, ce qui a poussé un grand nombre d’entre eux à avoir recours à la migration. La Tunisie se classe au premier rang des pays arabes « expulseurs de compétences », derrière la Syrie, qui arrive en tête ; les compétences tunisiennes qui ont quitté le pays sont estimées, en octobre dernier, à 8.000 cadres et 1.200 hommes d’affaires, selon les statistiques fournies par le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur.

Selon des statistiques de l’Institut tunisien des études stratégiques, 55 % des étudiants qui finissent leurs études à l’étranger ne reviennent pas en Tunisie, mais restent dans les pays d’accueil pour y travailler. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), 94.000 Tunisiens ont quitté la Tunisie en six ans vers l’Europe, représentant 8,9 % des Tunisiens installés à l’étranger. Conscient de l’ampleur du phénomène, le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, avait annoncé, le 16 août dernier, la mise en place d’une stratégie globale pour attirer les compétences tunisiennes à l’étranger et les associer à l’œuvre de développement et de modernisation du pays.