Moyen-Orient et Afrique du Nord

La croissance financière de la Libye sera la plus élevée du monde

Confirmation des richesses dans un pays en guerre

Témoignages.re / 26 octobre 2017

Le Fonds monétaire international (FMI) a estimé que la croissance financière de la Libye cette année, sera la plus élevée du monde, mais restera toutefois loin du niveau de 2010 où elle était à deux chiffres. Depuis le lancement d’une guerre contre la Libye par Nicolas Sarkozy en 2011, le pays est en proie à une instabilité permanente et peine à se relever.

JPEG - 11.6 ko

Dans un rapport publié lundi sur les prévisions économiques pour les années 2017 et 2018, le Fonds a souligné que l’économie mondiale va croître de 3,6 % d’ici la fin de cette année, et de 3,7 % par rapport à 2018.

Dans son document, le Fonds a déclaré que l’économie libyenne, cette année, a des revenus de 20.971 milliards de dinars libyens (15.310 milliards de dollars).

Cela représente seulement un tiers de la taille du PIB de la Libye en 2010, avant le changement de régime, et après des années de dérive, l’économie libyenne a récupéré, selon les mêmes indicateurs du PIB en 2016, 13,5 milliards de dinars.

En 2017, avec la reprise des exportations de pétrole, l’économie libyenne a augmenté de 55 %, indique le rapport du FMI qui prévoit qu’elle augmentera en 2018 de 31 %, à 16,99 milliards d’euros. On rappelle que la production pétrolière a enregistré une embellie avec la hausse du niveau qui a dépassé 1 million de barils/j, alors qu’elle oscillait entre 500.000 et 700.000 barils/jour.

Toutefois, le Fonds monétaire international a averti que l’inflation augmente dangereusement en Libye et s’attend à ce qu’elle atteigne 32 % cette année seulement. Avec la baisse du dinar qui s’échange sur le marché noir à hauteur de 1 dollar pour 8,25 dinars libyens, alors que le taux de change officiel est de 1,40 dinar pour 1 dollar, a favorisé l’accroissement de l’inflation.

Il faut ajouter à cela, la crise de liquidités qui a entraîné la spéculation chez les importateurs et les grands distributeurs qui jouent sur les stocks et la loi du marché pour effectuer de plus grandes marges bénéficiaires.