Moyen-Orient et Afrique du Nord

Le Programme alimentaire mondial réduit son aide à la Palestine

Témoignages.re / 14 janvier 2019

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a suspendu ou réduit l’aide destinée à une partie de ses bénéficiaires en Cisjordanie et dans la bande de Gaza depuis le début de l’année, faute de financements.

Près de 27.000 Palestiniens ne reçoivent plus d’aide du PAM depuis le 1er janvier 20199 en Cisjordanie occupée et 165.000 autres, dont 110.000 à Gaza, n’ont perçu que 80% de la dotation qui leur est d’ordinaire attribuée, a expliqué Stephen Kearney, directeur du PAM pour les Territoires palestiniens à l’Agence France Presse.

L’ONU et l’Autorité palestinienne ont appelé à l’aide

En décembre 2018, l’Organisation des Nations unies et l’Autorité palestinienne ont lancé un appel de fonds de 350 millions de dollars pour venir en aide à 1,4 million de palestiniens dans la Bande de Ghaza et en Cisjordanie occupé.

Le montant a été sollicité pour 2019 dans le cadre du Plan de réponse humanitaire pour les territoires palestiniens occupés. Ce financement doit permettre de fournir des denrées alimentaires de base, des soins de santé, des abris, de l’eau et des installations sanitaires aux personnes dans le besoin.

"La situation dans le territoire palestinien occupé continue de se détériorer, empêchant les Palestiniens d’avoir accès aux soins de santé, à une eau salubre et à des moyens de subsistance", avait déclaré Jamie McGoldrick, le coordinateur humanitaire pour le territoire palestinien occupé.

"Notre plan pour 2019 privilégie l’assistance aux personnes considérées comme ayant le plus besoin de protection, de nourriture, de soins de santé, d’un abri, d’eau et d’assainissement", a souligné ce dernier.

Coupe graduée de l’aide

Un mois plus tard, des coupes ont été décidées, afin de parer à la "baisse graduelle" depuis près de quatre ans des dons des pays qui financent le Programme alimentaire mondial, a-t-il indiqué.

D’après ce dernier, cette chute des dons est principalement due aux coupes budgétaires des Etats-Unis auxquelles s’ajoutent celles d’autres pays donateurs. "En 2018, nous avons nourri 360.000 personnes", a rappelé Stephen Kearney, dont 250.000 dans la bande de Gaza, soumise à un strict blocus israélien depuis plus de dix ans et 110.000 en Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis plus de 50 ans.

Le 19 décembre dernier, le PAM a lancé un appel aux donateurs pour combler un déficit de 57 millions de dollars (49,7 millions d’euros). "J’ai reçu quelque chose de la part de l’Union européenne et de la Suisse, des petits montants mais particulièrement bienvenus", a affirmé Stephen Kearney, mais cela reste insuffisant.

Ce dernier a expliqué que le programme se tournait désormais vers de nouveaux donneurs pour renflouer sa trésorerie. Dans la bande de Gaza, 80% des quelque 2 millions d’habitants sont tributaires de l’assistance internationale.