Nouvelles d’Afrique

Mali : conséquences des récents combats à Kidal

Les civils en grande détresse

africanpressorganization / 30 mai 2014

Les habitants de Kidal et les personnes qui ont dû quitter la ville pour fuir les affrontements entre les forces armées maliennes et les groupes armés font actuellement face à de multiples problèmes. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge malienne leur viennent en aide.

GENEVE, Suisse, 28 mai 2014/African Press Organization (APO)

L’approvisionnement en eau de la ville de Kidal a subitement été interrompu à la suite des dommages causés aux générateurs qui faisaient fonctionner les forages. Par ailleurs, plusieurs centaines de familles ayant trouvé refuge dans la ville de Gao, à environ 350 km au sud de Kidal, se trouvent dans le plus grand dénuement.

« L’accès à l’eau pour les habitants de Kidal est une de nos priorités. En ce qui concerne les personnes déplacées, leur situation est aggravée par les circonstances de leur départ. La plupart ont dû fuir dans la précipitation, laissant tout derrière elles. Il leur est dès lors difficile de pourvoir à leurs besoins essentiels », explique Christoph Luedi, chef de la délégation du CICR pour le Mali.

Redonner de l’eau à Kidal

« Afin de permettre aux habitants de Kidal d’avoir à nouveau accès à de l’eau potable, les cinq générateurs qui étaient en panne ont été remis en état de fonctionnement par nos équipes », indique Abdoule-Karim Diomande, délégué du CICR responsable du programme eau et habitat au Mali. Ceci permet de relancer les forages, qui fournissent environ 300 000 litres d’eau par jour. »

Assistance d’urgence aux déplacés

Afin de répondre aux besoins les plus urgents des personnes qui ont fui Kidal pour Gao, la Croix-Rouge malienne et le CICR ont distribué plus de 55 tonnes de vivres à quelque 4 450 personnes. Parmi elles, 1 800 reçoivent également une assistance en biens de première nécessité (bâches, moustiquaires imprégnées, nattes, couvertures, ustensiles de cuisine, seaux, vêtements et articles d’hygiène).

« Cette assistance permet de répondre aux besoins les plus pressants des déplacés », explique Jules Amoti, coordonnateur des programmes de sécurité économique du CICR au Mali. « Nous préparons également une distribution similaire pour plus de 5 000 habitants de Kidal. »

Prise en charge des blessés à l’hôpital de Gao

À ce jour, 69 blessés ont été pris en charge par l’équipe médicale du CICR à l’hôpital régional de Gao. Parmi eux, 11 sont encore hospitalisés et bénéficient de soins chirurgicaux.

« Il s’agit pour la majorité de blessés par balle dont l’état nécessitait une intervention chirurgicale », explique Kathrine Zimmermann, coordonnatrice santé du CICR au Mali. Pour renforcer notre dispositif à Gao, quatre tonnes de matériel médical arriveront dans les tout prochains jours. Un chirurgien et un infirmier viendront également renforcer l’équipe. »

Visite aux personnes détenues à la suite des combats

Les 22 et 23 mai, des délégués du CICR ont visité des personnes arrêtées à la suite des récents affrontements, et détenues à Kidal par le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Des secours d’urgence leur ont été distribués, et celles qui n’avaient pas encore contacté leurs proches ont pu leur téléphoner.

Ces visites, que le CICR espère pouvoir renouveler dans les prochains jours, sont le moyen pour l’institution de s’assurer que toutes ces personnes sont détenues et traitées avec humanité.

Voir en ligne : http://appablog.wordpress.com/2014/...