Outre-mer

Échec aux tripatouillages et à la démagogie

Les élections partielles de dimanche dernier

Témoignages.re / 16 février 2005

Pour la deuxième fois en moins d’un an, Oscar Temaru vient de prendre le pas sur le poulain de Madame Girardin et, grâce à une alliance avec le parti de Madame Nicole Bouteau, il semble être en mesure d’obtenir une majorité - certes étroite - à l’Assemblée de Polynésie.

(Page 16)

On se souvient qu’en mai 2004, Madame Girardin avait menacé M. Temaru en déclarant que "les robinets pouvaient se fermer". Cette menace fut mise à exécution jusqu’à ce que M. Flosse puisse faire tomber le gouvernement de M. Temaru.
Tout de suite après le retour de M. Flosse à la présidence de la Polynésie, les "robinets parisiens" qui avaient été solidement fermés par Mme GIrardin se sont ouverts en abondance. Un flot intarissable de subventions s’est déversé sur la Polynésie. Les Polynésiens ont eu droit à une ère du "tout gratuit". La subvention de continuité territoriale s’est élevée à 50% du coût du billet. Bref, en quelques mois la Polynésie française a reçu une masse de crédits publics considérable.
Mais, les résultats le prouvent : à toujours s’appuyer sur des féodalités usées, le pouvoir parisien vient, après la Nouvelle-Calédonie et dans quasiment tout l’Outre-Mer, d’enregistrer un nouvel et cuisant échec.
L’UMP et le gouvernement ont perdu leur pari. Sauront-ils en tirer toutes les conséquences et travailler enfin au développement de la Polynésie auquel aspire une jeunesse qui s’est clairement mobilisée en faveur du changement ?

Aimé Habib


Le M.G.E.R. "satisfait"

Le Bureau du Mouvement de la Gauche Ecologiste Réunionnaise (MGER) est satisfait de la défaite de Gaston Flosse à la dernière élection partielle en Polynésie. Cela prouve que le temps de "papa Flosse" est révolu et avec lui ses méthodes paternalistes. Mais ne crions pas "victoire" trop fort, le piège tendu insidieusement par Brigitte Girardin en limitant le scrutin à une partie de la Polynésie s’est refermé, laissant ainsi l’Archipel dans une situation pratiquement ingouvernable.
Bien que majoritaire de quelque six mille voix dans les Îles Du Vent, la liste d’Oscar Temaru devra, si elle veut gouverner le pays, trouver un compromis avec Nicole Bouteau. En aurait-il été de même si l’élection avait été générale ?
Une nouvelle fois nous voyons que l’esprit de magouille régit la politique de ce gouvernement dans les territoires et départements d’Outre-Mer. Ne doutons pas que la visite de Brigitte Girardin à La Réunion sera l’occasion pour l’ensemble des élus de rappeler à Madame la Ministre que “nou lé pa plus, nou lé pa moin". Le MGER sera attentif aux réactions de certains élus de l’UMP qui souhaitaient la démission de la Ministre de l’Outre-Mer.
Le MGER appelle la population à accueillir Dame Girardin avec le même mépris qu’elle a pour les Réunionnaises et Réunionnais. Nous espérons ainsi être nombreux à lui indiquer le hall des départs. Nous n’avons que faire d’une visiteuse qui n’a pas tenu sa promesse de ne laisser "aucun emploi jeune sur le bord du chemin".

Guy Ratane-Dufour,
secrétaire général du M.G.E.R.