Outre-mer

Le prochain Sommet France-Océanie en Nouvelle-Calédonie

Témoignages.re / 1er septembre 2008

Yves Jégo a réuni les ambassadeurs de France en Océanie. Au menu : les orientations prioritaires en vue du Sommet France-Océanie qui devrait se tenir en Nouvelle-Calédonie au deuxième semestre 2009.

Yves Jégo a rassemblé rue Oudinot les ambassadeurs de France en Océanie. Le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer a souligné que les trois collectivités du Pacifique ont « besoin d’intensifier les relations avec les pays voisins ».
Au deuxième semestre 2009, un Sommet France-Océanie devrait se dérouler en Nouvelle-Calédonie. Yves Jégo a indiqué qu’il est « en train de regarder s’il est possible de caler cet événement dans l’agenda très chargé du président de la République en 2009 ». Le précédent Sommet s’était tenu à l’Elysée sous la présidence de Jacques Chirac en 2006.
« Ce sera un moment important. J’ai voulu préparer les grands axes de la coopération avec les ambassadeurs », a souligné Yves Jégo. Les orientations données touchent à l’enseignement supérieur et à la recherche, aux nouvelles technologies, au tourisme, aux ressources halieutiques et aux énergies renouvelables.

Réchauffement des relations

« Répondre à la mondialisation, c’est inscrire davantage les territoires d’Outre-mer dans leur environnement régional », a précisé le ministre. Les ambassadeurs sont donc chargés de faciliter l’intégration des collectivités. « Nous avons besoin de faire comprendre ce que sont les territoires de la Polynésie française et de la Nouvelle-Calédonie. Nous le ferons d’autant mieux comprendre aux Néo-Zélandais, par exemple, que nous aurons des parlementaires et des personnalités de ces deux territoires qui viendront en visite, a expliqué Michel Legras, ambassadeur de France en Nouvelle-Zélande. Il est indispensable d’avoir un mouvement régulier de visites, il y a des progrès à faire... ».
L’intégration régionale est facilitée par le réchauffement des relations entre la France, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. En raison de l’instabilité dans la région, la présence de la France est désormais vue d’un bon œil. « La tendance se confirme, a précisé l’ambassadeur de France en Australie, Michel Filhol. Depuis l’installation du nouveau gouvernement, nous avons un processus d’échange de vues intense, notamment dans le domaine de l’environnement et du changement climatique ».

(Sources : Les Nouvelles Calédoniennes)


Coopération régionale... La Réunion aussi

« Répondre à la mondialisation, c’est inscrire davantage les territoires d’Outre-mer dans leur environnement régional », nous retiendrons de l’intervention du Secrétaire d’Etat à l’Outre-mer cette phrase, car la situation de l’île de La Réunion dans sa région nécessite également une nouvelle approche basée aussi sur la coopération avec « les pays voisins ». La Réunion a déjà entrepris des relations serrées au sein de la Commission de l’Océan Indien, l’Etat français doit donner l’impulsion d’une plus grande intégration de La Réunion dans son intégration régionale. Il y va de l’avenir de l’île, et aussi de la présence française dans l’océan Indien.

A.I.C.