Seychelles

Fin du 13e mois de salaire dans le privé et annulation d’élections aux Seychelles

Témoignages.re / 21 novembre 2020

Le nouveau président fraichement investi des Seychelles, Wavel Ramkalawan, a lors de sa première allocution à l’Assemblée Nationale mardi, annoncé des mesures ayant pour but de lutter contre la crise économique que connaît actuellement le pays.


En effet, la baisse du PIB des Seychelles est annoncée à -13.58% d’ici la fin de l’année.
Cette situation très inquiétante de l’économie seychelloise a également des conséquences sur la roupie, dont le cours est en baisse et la dette est en forte augmentation.
Cette situation est évidemment imputable à la crise COVID, où, l’économie seychelloise qui est basé sur le tourisme international souffre évidemment de ne pas avoir d’autres sources de revenus importantes.
Pour autant, rappelons-le, cette situation économique délicate a permis de sauver des vies. Ainsi, en faisant le choix de fermer les frontières au tout début de la crise en ne les réouvrant que partiellement, les Seychelles ne comptent, en tout est pour tout que 158 cas de COVID depuis le début de la pandémie, pour aucun mort.

Faisant état de cette situation économique difficile, le président a donc fait des annonces afin de réduire les dépenses. Ainsi, les ambassades au Sri Lanka, à Cuba et à Genève seront fermées, tandis que les élections des conseils de district, originellement prévues pour janvier sont reportées à une date ultérieure, l’Etat ne considérant pas avoir les moyens pour assurer l’organisation des élections ainsi que les indemnités des élus, qui équivaudraient à un total de 38.4 millions de roupies (1.39 million d’euros).

Mais la mesure ayant fait le plus polémique est l’annonce de la fin du 13e mois de salaire pour les travailleurs du privé, obtenue en 2016. SI l’opposition qui s’est exprimée à l’Assemblée, représentée par United Seychelles comme le syndicat Seychelles Federation of Workers Union (SFWU) expriment être conscients de la situation économique difficile du pays, ils s’insurgent pour autant contre cette mesure.
En effet, d’après la SFWU, le 13e mois a largement permis d’améliorer les conditions de vie de tous les Seychellois, en particulier en particulier les travailleurs les plus précaires. En ce sens, ils demandent au gouvernement et aux entreprises d’être conciliants sur la situation, et d’à minima permettre aux travailleurs les moins-bien payés de continuer à bénéficier du 13e mois, tout en demandant au gouvernement de revenir sur cette suppression difficile pour l’ensemble des travailleurs une fois que la situation se sera améliorée.
Les représentants de United Seychelles, quant à eux formulent la même demande, considérant qu’il est important que les travailleurs les moins bien payés puissent continuer à bénéficier de ce 13e mois.

Mathieu Raffini