Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > International > Seychelles

Seychelles : le moutya Patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Après le maloya, un autre apport des esclaves reconnus par l’UNESCO

jeudi 16 décembre 2021


Tout comme le maloya à La Réunion, aux Seychelles le moutya est une pratique culturelle apportée par des esclaves. Il a été inscrit hier par l’UNESCO sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité.


Photo Mr Johnny Volcere, Seychelles, 2013

Le moutya est désormais reconnu officiellement comme faisant partie du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Tout comme le maloya à La Réunion, c’est une pratique culturelle apportée par des esclaves à l’époque de la colonisation des îles de l’océan Indien par le Royaume-Uni et la France.

« Le Moutya est une danse traditionnelle semblable au sega. Le rythme de cette danse provient d’un tambour fait de peau de chèvre séchée, qui doit être chauffé avant le début des percussions.
Les chansons qui accompagnent la danse racontent les difficultés de la vie quotidienne. On estime que ce sont les esclaves africains qui ont commencé le moutya. », indique Seychelles News Agency.

« Cécile Kalebi, secrétaire principale à la culture, a déclaré que c’était la troisième fois que les Seychelles tentaient de faire reconnaître la danse.
« Nous avons soumis notre candidature à l’UNESCO et celle-ci a été acceptée. L’année prochaine, nous passerons au niveau des comités où notre demande sera analysée et évaluée de manière approfondie afin de déterminer si le « moutya » peut être considéré comme un patrimoine national », a déclaré Mme. Kalebi.
Mme. Kalebi a expliqué qu’il était important pour les Seychelles de posséder un patrimoine culturel car il existe actuellement deux sites du patrimoine mondial de l’environnement.
La décision de faire du moutya un patrimoine culturel intervient un an après que les Seychelles - un groupe de 115 îles de l’océan Indien occidental - aient soumis leur dossier final pour que Venn’s Town, site des ruines d’une ancienne communauté de missionnaire, soit son troisième site au patrimoine mondial. »


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus